Vidéo #16 : l’art dans les timbres de France

Collection du Monde, site pour les collectionneurs du monde entier

Attention : depuis Samedi 10 janvier, le site de Philapostel national est inaccessible, certains serveurs de leur hébergeur ayant été piratés. Christian Libeau fait tout son possible pour rétablir le site au plus tôt.

Aujourd’hui vidéo détente : je vous invite à admirer quelques œuvres d’art sur une vidéo préparée par Simon Leduc qui ravira sans doute les collectionneurs de la thématique « tableaux » et les autres aussi !

Voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=DW8FtciEIYo&feature=youtu.be

Publicités

Multicollection #09 : paternataliphilie

9ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Paternataliphilie

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Cette fois c’est facile : Pater c’est Père, et Natal de Natalité …. La paternataliphilie et l’art de collectionner … les Pères Noël ! Lire la suite

Multicollection #08 : Chionosphérophilie

8ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Chionosphérophilie

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Pourtant c’est d’actualité avec la saison, les frimas, les perturbations climatiques, etc … Et puis, vous avez du remarquer un petit changement sur notre site depuis quelques jours, non ? Toujours pas ? Vous avez les boules de ne pas trouver ?

Quoi ? Autant tuer le suspens tout de suite, le mot est complexe, le fond un peu moins : la  chionosphérophilie, c’est le fait de collectionner les boules à neige.

BouleANeige4Ouais, ces petits globes en verres généralement réservés aux beaufs du monde entier qui gardent sous cloche des mauvaises reproductions de monuments,  des fées, des trolls et autres réjouissances. L’étymologie de chionosphérophilie est douteuse : Composé de chionosphère, synonyme rare de «calotte glaciaire». Déjà, à la genèse, l’inventeur de ce terme n’a pas tout compris : le coup de la neige – phénomène noble dans l’imaginaire collectif -, c’est pour éviter de dire «  Je collectionne les boules à neige mais aussi celles avec des confettis multicolores et n’importe quoi d’autre susceptible de flotter sur mes trucs sous verre » . Ah, et encore plus énervant : il est possible de dire neigenboulophilie !

La boule à neige, Lire la suite

Retour de Bohême #5

Pour ce dernier voyage en Bohême, je vous propose de découvrir ou redécouvrir la philatélie tchèque, à travers son histoire et quelques personnages célèbres. (cliquer sur les photos et images pour agrandir)

La philatélie tchèque

L’histoire du pays, qui remonte à l’établissement de tribus slaves au début de l’ère chrétienne qui formèrent la Bohème et la Moravie, est représentative de leur histoire philatélique.

L’activité postale des territoires constituant aujourd’hui la République tchèque / Tchéquie (Ceská Republika) était au départ réalisée par la KKPost (Kaiserlische und Königlische Feldpost), la tentaculaire mais très efficace poste de sa majesté impériale et royale d’Autriche.
ID...Les tchèques utilisèrent de ce fait, dès leur parution en 1850, les timbres autrichiens libellés en Kreuzer avec l’aigle bicéphale des Habsbourg puis l’effigie de l’empereur François Joseph Ier. Lire la suite

Célèbres et collectionneurs #08

Cette nouvelle rubrique vous présente, un mercredi sur deux, des personnages célèbres qui sont également collectionneurs : Qui sont-ils ? Qu’amassent-ils ?

Cette semaine : Freddy Mercury et … les timbres

Farrokh Bulsara, né à Zanzibar (Tanzanie) le 5 septembre 1946, décédé le 24 novembre 1991 à Londres, est plus connu sous le nom de Freddy Mercury. C’est le chanteur de rock lyrique  le plus techniquement accompli (une étendue vocale de 3 octaves 1/2 – quelques techniques de chant). Leader du groupe britannique Queen,il a laissé quelques titres qui ont fait le tour de la planète : Bohemian Rapsody, We are the champion, We will rock you, Somebody to love, …

On n’imagine mal cette bête de scène s’adonner à la philatélie. Et pourtant Lire la suite

CQFD #05 : les couleurs des Semeuse et Marianne

CQFD est une abréviation qui veut dire « Ce Qu’il Fallait Démontrer » et qui conclue souvent une démonstration mathématique. Mais ici, l’internaute Fabrou nous propose une autre définition un peu moins francisée : « Comment Qu’on Fait Donc ? » Mais nous ne chipoterons pas sur cette définition pour nous concentrer sur les vidéos qu’il propose et qui sont très pertinentes.

Au programme de ce numéro 5 :
Comment reconnaitre les couleurs des faux amis des Semeuse et Marianne ?
Lire la suite

Retour de Bohême #4

Voici déjà le quatrième (et avant-dernier) épisode de notre épopée en Bohème … Après De la Bohême à la République Tchèque, puis Une histoire dans l’Histoire, et enfin Prague, la ville aux cent clochers, je vous emmène aujourd’hui en campagne, à la découverte de quelques châteaux de Bohême. Je les imaginais – ainsi que ceux de Bavière – comme des forteresses plantées sur des pics rocheux : je ne m’étais pas trompé et ils sont majestueux ! En voici un aperçu :

Cliquer sur les photos et documents pour les agrandir.

Pour celles et ceux que cela intéresse, vous trouverez également quelques photos prises lors de mon séjour.

A la recherche du bon vin à Mělník

Melnik2Vous pouvez démarrer votre séjour à Mělník (40 km au Nord de Prague) en vous baladant sur la place náměstí Míru, entourée de belles maisonnettes à arcades. Ne manquez pas le bâtiment de l’hôtel de ville et juste à côté l’ancien monastère des Capucins. Une petite rue vous emmène au château de Mělník et à la très belle église Saints-Pierre-et-Paul qui domine la ville et dont la crypte abrite l’un des plus grands ossuaires du pays, avec les dépouilles de quelque 15 000 personnes. (voir les photos : Melnik)

Melnik Lire la suite

Multicollection #07 : Arctophilie

7ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Arctophilie

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Alors je vous aide un peu : vous avez toutes et tous possédé au moins un exemplaire de cette collection … Toujours pas ?

Quoi ? L’ Arctophilie est l’art de collectionner … les ours en peluche ! Un peu d’étymologie : ce mot vient du grec ancien arctos qui veut dire ours. Il désigne donc dans son sens premier celui qui aime les ours, mais l’usage moderne l’a rattaché plus spécifiquement aux ours en peluche.

   

Depuis quand ? Margarete Steiff avait commencé à produire des animaux en peluche dès 1880, Lire la suite

Une émission nimbée de mystère

Algérie, 1962 – le 1,00+9,00 : premier timbre-poste de l’Algérie indépendante

A l’approche du 8e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale, des militants affiliés à la Fédération FLN d’Alger s’activèrent en vue de marquer la célébration de cette date historique par l’émission d’une figurine postale de solidarité.

Ils prirent attache avec l’administration postale naissante qui, par l’apposition de la mention «Poste» sur la maquette du timbre, ainsi que par la prise en charge de sa mise en vente dans les recettes principales des Postes d’Alger, d’Oran et de Constantine, a fait revêtir celui-ci des caractères «postal» et «officiel» qui lui manquaient. Le temps imparti à sa réalisation étant limité, il fallait que ce premier timbre-poste de l’Algérie indépendante, conçu et imprimé la veille du 1er Novembre, fût mis en vente moins de 24 heures plus tard.

AlgerieL’impression de cette vignette verte de grand format fut confiée, pour des raisons évidentes de sécurité et de discrétion, à un imprimeur de confiance connu des responsables de la Fédération FLN d’Alger, qui s’est acquitté tant bien que mal de cette tâche dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1962. Le jour «J», c’est par un communiqué laconique que la Direction générale des PTT annonçait la mise en vente anticipée le 1er novembre 1962, à la Recette principale d’Alger, d’un timbre-poste commémoratif valant 10 NF*, prix assez élevé pour l’époque à cause de sa surtaxe de 9 NF destinée à récolter des fonds au profit des orphelins et veuves de chouhada.

Les recherches entreprises depuis plus de dix ans, aussi bien en Algérie qu’en France, nous permettent aujourd’hui de lever le voile sur l’identité de Gilbert A. Vallée, le dessinateur français de ce timbre. Métreur-vérificateur et projeteur-dessinateur en bâtiment, Vallée était installé dans un cabinet d’expertise et de conseil à Alger.

Il a quitté définitivement l’Algérie fin 1962 pour s’installer dans le département des Landes. Cependant, maintes questions demeurent en suspens : la distance étant ce qu’elle est entre dessin technique et dessin artistique, pourquoi avoir eu recours à un dessinateur français en bâtiment pour la conception de la première figurine postale de l’Algérie indépendante ? Manquait-on à ce point d’artistes peintres algériens ? Les mesures de sécurité prises en compte dans le choix de l’imprimeur de ce timbre ne se devaient-elles pas d’être également adoptées dans la désignation de son dessinateur ?

Toutes ces questions restent encore aujourd’hui sans réponses …

*NF : Nouveau franc, monnaie encore en usage en Algérie jusqu’en 1964
Source : ElWatan.com

Multicollection #06 : Arénophilie

6ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Arenophilie

Quoi ?

L’Arénophilie est l’art de collectionner … le sable ! Ce mot provient du terme géologique arénite qui désigne les sédiments de très petite taille. On parle aussi pour cette collection de Psammophilie (du grec psammos, sable) même si ce terme désigne surtout les espèces animales ou végétales qui vivent dans le sable (lézards, serpents, guêpes solitaires, etc).

Qui ?

La collection de sable se distingue particulièrement des autres collections sur un point : en effet le sable s’échange, mais il ne se vend pas et ne s’achète pas. C’est pourquoi l’Association Française d’Arénophilie (voir lien ci-dessous) a mis en place la très sérieuse Charte des Collectionneurs de Sable.

Cette même association édite un bulletin trimestriel très complet sur tous les aspects de cette collection.

Combien ? Où ?

Comme pour la plupart des collections, on trouve des arénophiles dans le monde entier. En Europe, les français sont nombreux, ainsi que les allemands et néerlandais, à collectionner ces échantillons de notre géologie. Le forum tas de sable (voir lien ci-dessous) revendique par exemple 136 membres.

.

Comment ?

Le sable se ramasse lors de voyages effectués par les collectionneurs, leur famille et leurs correspondants. Il est souvent collecté dans les emballages plastique de pellicules photos (de plus en plus rares de nos jours !), emballages soigneusement référencés avec le lieu exact du prélèvement (pays, département, commune, plage, etc)

Sables du Cap Vert - A. Couette

Sables du Cap Vert – A. Couette

Le sable peut être classé dans des éprouvettes, dans des flacons, ou encore des bacs (mais il faut davantage de place !). Les échantillons seront référencés et classés souvent par leur origine (continents puis pays), ou selon leur composition dominante (quartz, feldspaths, calcite, grenat, etc). Ils sont ensuite présentés dans des vitrines ou bibliothèques, comme celle d’Alain Couette ci-dessous. Impressionnant, non ?

Vue partielle de la collection de sable d'Alain Couette (arenophilie.net)

Vue partielle de la collection de sable d’Alain Couette (arenophile.net)

Solitude, un tableau de sable de F. Dodey

Solitude, de F. Dodey

.

Et puis, certains arénophiles ne se contente pas de collectionner le sable. Certains sont aussi des géologues qui étudient la composition des sables, ou encore de vrais artistes, comme par exemple Fabienne Dodey qui réalise des tableaux de sable magnifiques (voir ci-contre).

Enfin, pour terminer, sachez que mon ami philatéliste Daniel est aussi arénophile, alors si vous allez à la plage, vous pouvez penser à lui en me ramenant vos échantillons : merci d’avance !

.

En savoir + ?
– l’AFA : Association Francophone d’Arénophilie
arenophile.net : des photos macro du sable de 197pays !
Tas de sable : forum des sableurs qui ne se prennent pas la tête
– le  site de Couleur Vanille et ses cartensable
Mes plateaux d’ailleurs, où vous découvrirez une utilisation étonnante du sable
Tableaux de sable : de véritables oeuvres d’art de Fabienne Dodey

Le monde des timbres … Les timbres du Monde #01

Après les deux chroniques du mercredi, les deux autres du dimanche, et  les nouveautés philatéliques chaque mois, PHILAPOSTEL Bretagne vous gâte à nouveau en vous proposant une 6ème chronique (toujours gratuite ! 😉 ), à paraitre en fonction de l’actualité : « Le monde des timbres … Les timbres du Monde« . Comme son nom l’indique, nous y aborderons quelques nouveautés marquantes de divers pays. Voici donc pour cette fois :

Timbre TAAF hors-programme 2014

taaf taaf_oblLes TAAF proposent hors-programme 2014, un diptyque mettant en exergue la présence de gendarmes sur Kerguelen et dans les îles Eparses – Disponible à partir du 17 octobre 2014, à l’occasion du festival Grand Bivouac à Albertville – Prix de vente du diptyque : 1.32 € (une feuille comporte 5 diptyques).

 Pologne: deux volleyeurs français timbrés

La Poste polonaise a édité un bloc de timbres rendant hommage à son équipe nationale championne du monde de volley, en septembre dernier. Le visage de Stéphane Antiga, le sélectionneur français de la Reprezentacja, apparaît donc sur une vignette à un zloty (0,24 euro), tout comme son adjoint Philippe Blain (l’ancien sélectionneur des Bleus de 2001 à 2012) et les quatorze joueurs sacrés. 

Pologne_volley«C’est la première fois que j’apparais sur un timbre poste, je le montrerai avec plaisir à ma famille et mes amis en France», a déclaré Antiga, qui vit au quotidien, depuis son arrivée dans le club de Belchatow il y a sept ans, l’inextinguible passion polonaise pour le volley-ball.

Irlande : Mario, Sonic, PacMan …

Irlande_SonicMême si la lettre manuscrite n’est  plus le mode de communication roi depuis fort longtemps, il arrive de temps en temps qu’une raison nous pousse à écrire à un ami. La poste irlandaise en a trouvé une bien sympathique avec des timbres à l’effigie de certaines grandes icônes du jeu vidéo ! Mario, Pac-Man, Sonic et les Space Invaders sont ainsi de la partie, et n’attendent qu’une chose : livrer à bon port le courrier de tout un chacun !

À 68 centimes le timbre, et 2,72 € la série de quatre (commande à cette adresse), c’est l’occasion de se faire un plaisir à petit prix. Reste à savoir si Sonic ira plus vite que les autres …

Belgique : le Petit Spirou

18 Petit Spirou feuille NEWLa Poste Belge propose depuis le 8 octobre dernier la possibilité d’affranchir le courrier avec un timbre à l’effigie du Petit Spirou de Tome et Janry. Vendu par feuillets de 10 timbres au prix de 7 euros, ce collector philatélique n’est évidemment utilisable qu’au départ de la Belgique, et si les internautes peuvent commander directement sur la boutique en ligne, il est indispensable de disposer d’une adresse postale belge pour valider la commande.

Sources : PhilaTAAF, lequipe.fr, Nintendo-Difference.com, Bande dessinée Infos

CQFD #04 : le Type Sage 5c vert

CQFD est une abréviation qui veut dire « Ce Qu’il Fallait Démontrer » et qui conclue souvent une démonstration mathématique. Mais ici, l’internaute Fabrou nous propose une autre définition un peu moins francisée : « Comment Qu’on Fait Donc ? » Mais nous ne chipoterons pas sur cette définition pour nous concentrer sur les vidéos qu’il propose et qui sont très pertinentes.

Au programme de ce numéro 4 :
Comment s’y retrouver parmi les 5c verts du type Sage ?

Multicollection #05 : iconomécanophilie

5ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Iconomecanophilie

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Alors je vous aide un peu : c’est en rapport avec une des émissions philatéliques de ce mois de novembre (voir en fin d’article), et cette collection s’appelle également Phosapparaphilie ou encore Mécaphotophilie … Facile cette fois ?

Quoi ? L’ iconomécanophilie est l’art de collectionner … les appareils photo ! Un peu d’étymologie : icône pour photo, mécano pour appareil, et philie pour collection.

Niepce_AppareilDepuis quand ? Les premiers collectionneurs d’appareils photo sont apparus à la même époque que la photo elle-même, à savoir la première moitié du 19è siècle, puisqu’on date aux alentours de 1820 le premier appareil photo (voir photo), utilisé par Nicéphore Niepce lui-même (visible au Musée de Chalon sur Saône).

Qui ? Il s’agit d’une collection spécifique car bien souvent les iconomécanophiles sont aussi et peut-être d’abord des photographes : c’est parce qu’on aime la photo que l’on collectionne les appareils.

Appareils_19eSiecle

photos : Antique & 19th Century Cameras

Combien ? Pour la même raison, il est très difficile de dénombrer les iconomécanophiles, car la plupart d’entre eux sont d’abord photographes. Sachez cependant que plus de 500 associations sont affiliées à la Fédération Française de Photographie (dont une quinzaine rien qu’en Ille et Vilaine) et que chacune d’entre elle compte parmi ses membres des collectionneurs d’appareils photo (mais combien ?).

Où ? Ils sont présents dans le Monde entier, mais sont particulièrement actifs aux Etats-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, et bien sûr en France.

Comment ? Certes il faut moins de place que pour les enjoliveurs 😉 (voir notre article sur les Insolites de la collection), mais les appareils photo sont néanmoins gourmands en m² si l’on souhaite montrer sa collection. Référencés par pays d’origine, par marques (le site de Sylvain Halgand en recense plus de 10.000 de 650 marques différentes !), puis par types et modèles, ils seront mis en valeur dans des vitrines. Autre idée pour réduire la place : prendre les appareils … en photo et en faire une fresque en forme … d’appareil photo ! Je vous laisse découvrir celle formidable du même Sylvain Halgand sur la page d’accueil de son site.

KievIIa

Un Kiev IIa de 1956, d’ex URSS, ayant appartenu à ma tante.

En savoir + ?
Photo Cine Retro
– le site très complet de Sylvain Halgand
– le club Niepce Lumière
Iconomécanophiles du Limousin
Antique & 19th Century Cameras (in english)
– et beaucoup d’autres liens ici ou ou encore
– et enfin un ouvrage de référence :

Histoire_Appareil_PhotoAppareils_photos

Multicollection #04 : Papyrencausbibéphilie

4ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Papyrencausbibéphilie

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Alors je vous aide un peu : cette collection est aussi appelée PotorchartophiliePictopublicephilie, ou encore Papybeverophilie. Quatre noms pour une seule collection : cette fois vous avez trouvé c’est sur !

Quoi ? Eh bien, après avoir parlé des Tire-bouchons et des bouteilles, nous allons éponger un peu puisqu’il s’agit de … Buvards !

Buvard8Depuis quand ?  À priori, l’apparition des premiers buvards remonterait à la fin du XIXème siècle. Le papier buvard serait né à la suite d’une erreur, celle d’un ouvrier qui aurait omis de mettre de la colle lors de la conception de la pâte à papier. Les propriétés absorbantes du support ainsi créé auraient été immédiatement repérées et très vite appréciées par les utilisateurs du premier objet manufacturé jetable : la plume d’écriture. Le buvard était en effet très utile pour « éponger » l’excès d’encre déposé lors de l’écriture à la plume. Dans d’autres cas, les buvards pouvaient également servir de sous-mains pour éviter de salir ou de corner les feuilles des cahiers. Etant toujours placés devant les yeux des écoliers et de leurs parents, les buvards furent rapidement utilisés comme supports publicitaires.

Une très grande quantité de buvards furent imprimés peu après la 2ème Guerre Mondiale. Le déclin du buvard fut amorcé … avec l’apparition du stylo à bille. En 1965, le ministère de l’Éducation Nationale autorise son utilisation dans les écoles. Comble de malheur, le stylo Reynolds clamera dès lors et sur ce support : « L’encre papersec des stylos Reynolds rend ce buvard inutile » ! Cette innovation mettra fin à l’ère du buvard, qui n’est plus guère utilisé aujourd’hui  … sauf par les philatélistes pour absorber l’encre des oblitérations premier jour !

Buvard5

Combien ? Les collectionneurs de buvards sont à priori assez peu nombreux, même si je n’ai trouvé aucun chiffre sur le sujet. Toutefois, plus de 40.000 buvards sont proposés à la vente sur un site d’enchères bien connu : il doit donc y avoir quelques amateurs (par comparaison, il y a quand même 400 fois plus de timbres sur ce même site) ! Parmi les collectionneurs français, on en dénombre une vingtaine possédant plus de 10 000 buvards différents.

Où ? Je n’ai trouvé qu’une association de collectionneurs de buvards : Pictavia, créée en 1995, qui regroupe quelques dizaines de collectionneurs pas uniquement de buvards mais aussi d’albums d’images, de protège-cahiers, de vignettes ou encore de menus.

Comment ? Les buvards sont collectionnés soit d’une manière globale, soit par thématique : fables, autos, alcools, alimentation, habillement, produits pharmaceutiques, marques célèbres, illustrateurs, etc.
Des grandes marques ont édité des séries de buvards devenus des incontournables de la collection. Des dizaines voire des centaines de milliers de modèles de buvards publicitaires peuvent entrer dans cette collection, par exemple : Bic par Savignac, Gaz et électricité par Hervé Morvan, Pierre Fix-Masseau, Lefor Openo, La vache qui rit (Beuville), Graf (Joé Bridge), parapluies Revel (Cappiello), Moutarde Parizot (Poulbot), Pétrole Hahn (Cassandre), etc…

Voici pour finir quelques échantillons de buvards, avec un clin d’œil à notre ami Jean puisqu’il y en a un sur Poulbot !        (Cliquer sur chaque image pour agrandir)

En savoir + ?
les-buvards.com : véritable base de données sur les buvards
Accro-buvards
– le site très complet de DidierBuvards
– l’association Pictavia des collectioneurs de buvards

LesMinisDuMidi.com

LesMinisDuMidi.com

.

.

P.S. : suite à notre article « Multicollection #02 : buticulamicrophilie« , Bernard du site le Club Mignonnettes Passion m’a informé qu’il ouvrait une boutique en ligne de vente de mignonnettes, boutique dont voici le lien : http://www.lesminisdumidi.com/.

Merci d’avance à tous ceux qui voudront bien lui rendre visite.

14 oct 1915 : le timbre à un penny

Selon Le Figaro du 14 octobre 1915, une proposition de loi a été faite afin que l’affranchissement des lettres entre la France et l’Angleterre bénéficie d’une réduction de dix centimes. A cette époque l’affranchissement au tarif intérieur est de 10 centimes alors que la lettre pour l’étranger est tarifée à 25 centimes.

YT138_10cRouge YT140_25cBleu

«La question du timbre-poste à un penny, dont nous entretenions l’autre jour nos lecteurs, a fait récemment l’objet d’une étude à la commission des P. T. T. de la Chambre, qui a chargé M. Bouctot, député de la Seine-Inférieure, de déposer à ce sujet une proposition de loi, ce qui fut fait le 20 juillet 1915.

Dans son exposé des motifs, M. Bouctot, qui a recueilli les signatures d’un certain nombre de ses collègues de tous les partis, donne d’excellentes raisons pratiques et sentimentales d’opérer la réduction à dix centimes de l’affranchissement des lettres entre la France et l’Angleterre, en attendant qu’on en fasse profiter tous nos alliés.

Bouctot_Georges

Georges Bouctot

Ce projet a éveillé l’attention de nombreuses personnalités anglaises qui, depuis longtemps déjà, préconisent la réduction, et le président du «Commercial committee» de la Chambre des communes, sir John Randles, prenant acte de la proposition Bouctot, a fait préparer et a remis un rapport en faveur de son adoption.

La réussite dépend surtout, en France, de l’avis que formulera notre ministre des finances» écrit Le Figaro du 14 octobre 1915. Source : LeFigaro.fr

L’avis de ce ministre, Alexandre Ribot, ne fut finalement pas favorable, et le courrier entre la France et l’Angleterre resta à 25c jusqu’au 1er avril 1921 où il passa à 50c.

lettreAng_25cEn Savoir + sur :
Georges Bouctot
Alexandre Ribot
– La Semeuse camée