Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #35

Le Bulletin Hebdomadaire des PTT du 30 juin 1898 annonce du nouveau pour l’oblitération des timbres-poste :

L’oblitération des timbres-poste, par une empreinte d’encre grasse, ne présente pas toute garantie, certains chimistes parvenant à Lire la suite

Publicités

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #34

Communiqué du Bulletin hebdomadaire des PTT du 23 juin 1898 :

La boulisterie mécanique au Poste Central

On vient d’essayer de nouveau le système de boulisterie mécanique dû à MM. Robichon et Bardez, qui est destiné à remplacer les jeunes facteurs enfants pour le transport matériel des télégrammes à travers les immenses salles du Poste Central des Télégraphes de Paris.
Ces essais […] ont pleinement réussi et l’on espère pouvoir en généraliser l’emploi aux deux étages du Poste Central.

Merci messieurs pour les enfants !

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #33

Le Bulletin hebdomadaire des PTT nous offre à nouveau une étude assez décalée si on la lit aujourd’hui, en étudiant sur presque deux pages un sujet bien important :

Des chiens dans les salles d’attente

La question de l’admission des chiens dans les salles d’attente des bureaux de Poste a été soulevée à maintes reprises. Elle est en effet très délicate.
S’il s’agit d’un chien non accompagné, qui pénètre dans la salle d’attente, il suffit de Lire la suite

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #30

Le Bulletin hebdomadaire des PTT annonce une grande nouvelle dans son numéro du 16 juin 1898, jugez plutôt :

ParisLisbonneC’est le 1er juin qu’a été mis en service le fil direct de Paris à Lisbonne. Par suite des ordres donnés par l’Administration, les bureaux doivent toujours diriger sur Paris les télégrammes pour le Portugal ou devant emprunter la « voie Lisbonne ». Le nouveau fil, Lire la suite

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #29

Le Bulletin Hebdomadaire des PTT du 16 juin 1898 fait le point sur la Règlementation en ce qui concerne les demandes d’adresses :

Adresse2Le public est persuadé que les agents des Postes connaissent l’adresse de tous les habitants de leur circonscription, présents ou absents, et quand il a besoin d’être renseigné sur le sort de telle ou telle personne, il ne trouve rien de plus naturel que d’avoir recours à notre service.
Peut-on donner, par écrit ou verbalement au guichet, l’adresse de quelqu’un, alors même que cette adresse serait de notoriété publique ? (ndlr : voila la question fondamentale correctement posée !)
[…] Assurément la Poste connait, par les moyens dont elle dispose, l’adresse d’un grand nombre de personnes, mais […] elle ne doit en user que pour le placement des correspondances.
AdresseDévoiler l’adresse de quelqu’un, ce serait violer le secret professionnel. Il n’est pas rare en effet, surtout à Paris, de voir des personnes qui déménagent sans donner leur nouvelle adresse au concierge, mais qui s’empressent de la communiquer au service afin que leurs correspondances soient réexpédiées à leur nouveau domicile sans être présentées à leur ancienne demeure. Ces personnes ont parfois des motifs très sérieux et très respectables pour ne pas faire connaitre à tout le monde l’endroit où elles se retirent. […]
Très souvent, ces demandes sont faites dans d’excellentes intentions ; mais combien ne sont dues qu’à la curiosité et quelquefois au désir de nuire à la personne qui se dérobe aux recherches ? […]

J’adore ce style de rédaction aujourd’hui désuet, mais à l’époque très usuel, pas vous ?

Adresse3

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #25

Le Bulletin Hebdomadaire des PTT du 2 juin 1898 nous fait le compte-rendu – sur 2 pages entières ! – d’une bien belle manifestation : la Fête de l’Amicale. Nous nous en tiendrons à quelques extraits significatifs de ce récit qu’on imaginerait mal trouver dans un de nos magazines actuels. Je n’ai d’ailleurs pas pu résister à y inclure quelques commentaires …

« Dans la grande salle de la Société d’Horticulture, 84 rue de Grenelle, c’est à dire à son siège même, a eu lieu dimanche dernier le banquet et le bal organisés par l’association amicale en l’honneur de son premier million (ndlr : de francs ?).

banquet

Carte postale illustrant un banquet (autre que le nôtre)

A son grand regret, M. le Ministre du Commerce, qui accompagnait M. le Président de la République à Saint Etienne, n’avait pu accepter l’invitation qui lui avait été adressée, et avait délégué M. […]. Lire la suite

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #24

Pile_ou_faceVu dans le Bulletin Hebdomadaire des PTT du 21 avril 1898 :

Piles sèches et humides

L’Electrical World donne la définition humoristique suivante des piles : la pile sèche est ainsi appelée parce qu’elle est toujours mouillée à l’intérieur, tandis que les piles humides sont souvent complètement sèches.

Pile ? … ou Face ? Vous avez compris ? Moi pas …

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #23

Le Bulletin Hebdomadaire des PTT du 14 avril 1898 se penche sur les nouvelles technologies :

Télégraphie optique au moyen de ballons

On sait qu’en optique ce sont les obstacles naturels du sol qui gênent les communications, et que, dès qu’on peut parvenir à une certaine hauteur, celles-ci deviennent faciles.On a pensé à employer les ballons captifs, mais ils ne peuvent s’élever par tous les temps. L’innovation de M. Stuart consiste à se servir de ballons qui n’ont pas besoin d’être montés par un aéronaute. Ces ballons captifs, qui ne peuvent avoir que 40 centimètres de diamètre, emportent un certain nombre de lampes auxquelles le courant est envoyé du sol, ce qui donne le moyen de produire des éclats lumineux de durée variable, et de communiquer à 150 ou 180 kilomètres.

Et dire qu’aujourd’hui on prévoit de tels ballons captifs pour nos échanges Internet !

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #22

InondationEt cette fois vous allez voir que malheureusement cette information n’est pas si décalée que cela … Le Bulletin hebdomadaire des PTT du 07 avril 1898 communique :

Gratifications et secours au personnel des régions inondées

On se rappelle qu’au cours de l’année dernière, de fortes inondations se sont produites dans le sud-est, le sud et le midi de la France. L’Administration […] vient d’accorder des gratifications aux agents qui s’étaient fait remarquer par leur courage et leur dévouement. Lire la suite

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #21

Relevées dans la rubrique « Mouvements de personnel » du Bulletin hebdomadaire des PTT, année 1898, ces quelques perles :

– Mme Veuve Patron, receveuse à Saint Sylvain (Calvados), 1.600 fr., est appelée à Saint Pierre sur Dives (Calvados). Elle a fait le tour de tous les saints patrons ? 😉

  

– M. Mangematin, […], est appelé à Espelette (Basses-Pyrénées). Un petit piment pour le stimuler ? Il dormait au bureau le matin ?

Orange.

– M. Cartier, receveur à Paris (Bureau 42), est appelé à Orange (Vaucluse). Très ambitieux, le quartier ne lui suffisait plus : il voulait le fruit entier !

.

– M. Robinet, receveur à Paris, traitement élevé de 4.500 à 5.000 fr, par suite de l’élévation de la 3è classe à la 2è classe. Ce n’est pas à cause de l’élévation du niveau de l’eau ?

 

Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #20

Le Bulletin hebdomadaire des PTT du 7 avril 1898 nous fait part de cette avancée du Droit des femmes :

Propriété des traitements des dames-employées

Le Tribunal de Nantes vient de rendre un jugement très intéressant pour le personnel féminin de l’Administration, et, en général, pour toutes les dames-employées.

Parce jugement, il a refusé de reconnaitre au mari d’une employée le droit de toucher le traitement de celle-ci, en qualité de chef de la communauté.

Heureusement le Droit des femmes a avancé en un siècle …

wecandoit    droit_femme