Histoire de la carte postale #3

Troisième épisode de notre histoire de la carte postale : bonne lecture !

Un véritable succès populaire

CP_Histoire9L’impulsion de l’Administration

L’idée des législateurs en créant la carte postale est de faire circuler une correspondance ouverte à un tarif d’affranchissement attractif. C’est  le cas de 1873 à 1971. Pendant près d’un siècle Lire la suite

Robert Ier de Bar

Monnaie_Barrois.

Cette monnaie appartient à Robert Ier de Bar, (1344 – 1411), qui fut comte de Bar de 1352 à 1354, puis marquis de Pont-à-Mousson et duc de Bar de 1354 à 1411.

Robert n’est âgé que de sept ans lorsqu’il succède à la couronne comtale, à la mort de son frère Édouard II.

Le 13 mars 1354, Charles IV érige la seigneurie de Pont-à-Mousson en marquisat et principauté d’Empire, en faveur de Robert de Bar qui prend dès lors les titres de comte de Bar et marquis de Pont-à-Mousson. Peu de temps après, Robert accède au rang de duc, devenant ainsi duc de Bar et marquis de Pont-à-Mousson. Robert devient l’un des plus fidèles partisans du roi de France.

Robert_Bar

armoiries de Robert Ier de Bar

Le 14 décembre 1399, il abandonne le marquisat de Pont-à-Mousson à Édouard de Bar, son quatrième fils. Il cède le reste du duché à ce dernier, le 20 mars 1401, tout en s’en réservant l’usufruit. Robert décède le jour de Pâques, 12 avril 1411, à l’issue d’un règne personnel de 52 ans.

Tout au long de son règne, Robert a fait frapper un certain nombre de monnaies d’or et d’argent, dont un bon nombre est des imitations d’autres seigneuries puissantes (monnaies françaises, florentines, etc.). Il s’agit ici d’une monnaie de type « Barrois ».

Source : L’Est Républicain ; Photo : Musée Au Fil du Papier

10 endroits pour les amoureux des timbres #2

Suite de l’article d’hier …

Musée des Timbres et des Monnaies, Monaco

Connu surtout pour avoir épousé la star hollywoodienne Grace Kelly, le Prince Rainier était aussi un collectionneur de timbres passionné qui a personnellement approuvé les épreuves des timbres émis par sa petite principauté. Il a fondé ce musée impressionnant qui retrace l’histoire du pays à travers ses timbres, sa famille royale, et son Grand Prix automobile. + d’info : visitmonaco.com

MonacoMusee Lire la suite

10 endroits pour les amoureux des timbres #1

USMailboxDans cette ère de la communication instantanée, le vieux timbre a encore un énorme succès. Plus de 50.000 personnes ont assisté au World Stamp Show à New York du 28 mai  au 4 Juin derniers. L’événement qui se déroule une fois tous les 10 ans présente des timbres rares comme le One-Cent Magenta de Guyane britannique, qui a été vendu en 2014 pour 9,5 millions de dollars. « Avant Internet, la philatélie est un moyen d’en apprendre davantage sur le monde« , dit Ken Martin de l’ American Philatelic Society, ajoutant que beaucoup de personnes les collectionnent maintenant pour le loisir ou l’investissement.

Il nous propose aujourd’hui et demain Lire la suite

Histoire du courrier postal #4

Voici le 4e et dernier épisode de cette petite histoire :

Courrier31Le 4.8.1914, la France déclare officiellement la guerre à l’Allemagne. Des millions d’hommes seront mobilisés. Le courrier va ardemment contribuer à soutenir le moral des troupes engluées dans l’horreur des tranchées.

Dès le début du conflit, le gouvernement accorde une franchise postale à tous les soldats. Ils vont largement user de ce droit. Toutefois, la censure veille et contrôle tous les propos jugés défaitistes ou contraires à l’intérêt de la Nation en guerre.

Un bureau centralisateur militaire (BCM) est créé à Paris, puis d’autres à Lyon et à Marseille. Lire la suite

Histoire du courrier postal #3

Suite des épisodes d’hier et avant-hier sur cette petite histoire du courrier postal :

Les moyens de locomotion

Courrier08.

Les facteurs utilisent tous les moyens de locomotion, avec pour seul objectif que le courrier arrive par tous les temps, malgré les difficultés et la distance.

Comme un juste retour des choses, des cartes postales ont montré les facteurs dans toutes les situations et postures. Lire la suite

Histoire du courrier postal #2

Suite de l’article d’hier

Boîtes aux lettres et facteurs

Au XVIIe siècle, seuls les Londoniens peuvent se targuer d’avoir une distribution de courrier à domicile.

Paris a bien tenté, en 1653, d’instaurer ce service, mais en vain. Pour obtenir son courrier ou en envoyer, il faut donc se rendre dans un bureau postal ou déposer son pli dans une boîte aux lettres.

Courrier07

Un service de distribution à domicile va Lire la suite

Histoire du courrier postal #1

Voici une petite histoire du courrier postal, en quelques épisodes (merci Christiane !). Bonne lecture !

Et tout débute en Egypte

Courrier01.

Les Egyptiens sont les premiers à avoir organisé un système postal régulier. Les décisions et les ordres du pharaon étaient inscrits sur des papyrus que des messagers portaient, par la route ou par voie fluviale, dans tout l’empire.

La dynastie des Ptolémée, qui régna entre 305 et 30 av. JC, instaura un service journalier de messagers.

La poste rapide resta néanmoins réservée aux pharaons et le peuple dut se contenter d’une distribution plus lente, puisque les lettres et les colis étaient transportés à dos d’ânes ou de chameaux. Lire la suite

Les noms révolutionnaires bretons #2

Savez-vous qu’à la Révolution, certaines communes, dont le nom rappelait de près ou de loin l’ancien Régime ou la religion, se sont vues « priées » de changer de nom. C’est ce que nous raconte notre ami Robert Fontaine dans son nouvel article (voir 1ere partie hier) :

LES  MARQUES  POSTALES à  NOMS  RÉVOLUTIONNAIRES en  BRETAGNE

LA ROCHE SAUVEUR remplace LA ROCHE BERNARD (Décret du 10 juin 1793)

revolution8Lettre de « 54/ LA ROCHE SAUVEUR » du 19 germinal an XI (9/04/1803).  Cette marque linéaire (61*9) sera utilisée de 1793 à 1804. Taxe de 3 décimes (tarif du 20 juillet 1802 loi du 4 mai 1802) pour une lettre simple de 6g pour une distance comprise entre 100 et 200 km. Distance calculée de bureau à bureau selon la route la plus courte du service des Postes.

Pourquoi La-Roche-Sauveur ?

Lire la suite

Les 7 premiers timbres de France

Les timbres ne sont pas toujours répertoriés dans leur ordre chronologique d’émission dans les divers catalogues, ces derniers préférant les ordonner par série puis par valeurs. Voici un petit rappel chronologique de l’émission des sept premiers timbres français, les Cérès :

Ceres_20c_noir.

Le 1er timbre émis en France est le 20 centimes noir (n°3 du catalogue Yvert et tellier) émis le 1er janvier 1849 sous la IIè République. La seule famille de graveurs de la Monnaie de Paris à l’époque, les Barre, a réalisé tous les timbres français de cette époque. Il correspond au tarif d’affranchissement des lettres de moins de 7,5 grammes. Il a été imprimé jour et nuit pendant un mois et demi, afin de pouvoir approvisionner l’ensemble des bureaux de poste (Tirage : env. 42 millions). Lire la suite

Le premier timbre est français !

le roi Louis XIV

Tous les philatélistes pensent que le premier timbre fut réalisé en Grande-Bretagne. Eh bien… Détrompons nous, le 1er timbre est français, ou du moins son idée : il est apparu sous Louis XIV. Malheureusement il n’en reste rien, sinon ces curieux documents.

Cette instruction date du mois d’août 1653 :
On fait sçavoir, à tous ceux qui voudront escrire d’un quartier de Paris, en un autre, que leurs lettres, billets ou mémoires seront fidellement portés et diligemment rendus à leur adresse, et qu’ils en auront promptement réponse, pourvu que, lorsqu’ils écriront, ils mettent avec leurs lettres, un billet qui portera PORT PAYE, parce que l’on ne prendra point d’argent, lequel billet sera attaché à la dite lettre ou mis autour de la lettre ou passé dans la lettre, ou en telle autre manière qu’ils trouveront à propos, de telle sorte néanmoins que le commis le puisse voir et oster aysément.
Chacun estant averti que nulle lettre ni réponse ne sera portée, qu’il n’y aye avec ficelle un billet de port payé, dont la date sera remplie du jour et du mois qu’il sera envoyé, à quoy il ne faudra manquer, si l’on veut que la lettre soit portée.
Le commis général qui sera au palais vendra de ces billets de port payé à ceux qui en voudrons avoir, pour le prix d’un sol marqué, et non plus, à peine de concussion ; et chacun est averty d’en acheter pour sa nécessité, le nombre qu’il lui plaira, afin que lorsque l’on voudra escrire, l’on ne manque pas  pour si peu de chose à faire ses affaires.
Lire la suite