Réunion Philapostel Bretagne

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu de notre dernière réunion de mai.

La prochaine réunion aura lieu lundi 19 juin à 18h30 et à partir de 17h pour les échanges: apportez vos doubles de timbres, cartes postales etc …

A noter qu’une nouvelle adhérente, qui souhaite se défaire d’une belle collection de France, proposera ses timbres à 30% de la cote, à l’unité ou par série. Les timbres sont neufs ** de belle qualité, et vous y trouverez en particulier le Sourire de Reims, le Pont du Gard, le Normandie, les séries « Orphelins », « Chômeurs », « Caisse d’amortissement » et autres séries semi-modernes complètes ainsi que le BF 6.

Les derniers carnets de circulation n’ont peut-être pas tenu leur promesse : cette vente exceptionnelle aura de quoi vous satisfaire. Venez nombreux !



Les billets en francs français #8

Suite de la nouvelle saga exclusive de PHILAPOSTEL Bretagne sur les billets français libellés en francs. Merci à l’avance de vos commentaires, compléments d’information etc …

Les billets « bleu » (suite)

1870 : le 25 francs bleu

Le 25 francs bleu est un billet de banque français créé le 16 août 1870, émis à partir du 11 septembre 1870 jusqu’au 14 janvier 1873 par la Banque de France. C’est l’unique exemple de billet de 25 francs.

Histoire

En juillet 1870 la France entre en guerre avec la Prusse. Dès le 12 août, Lire la suite

La Chalotais #4

Le 63è Congrès Régional 2017 du GRAPB réunira les 27 associations fédérées à Vern sur Seiche les 3 et 4 juin prochains. A cette occasion seront proposés des timbres et souvenirs rendant hommage à La Chalotais, personnage illustre de la Bretagne que je vous invite à découvrir ci-après.

(4ème et dernière partie)

La Chalotais et Vern sur Seiche

Mais La Chalotais ne fut pas seulement la figure emblématique bretonne décrite précédemment. En effet, il fut aussi un notable propriétaire et un agronome émérite. La mort de son père en 1752, suivie, deux ans après, de celle de son frère aîné, fit de lui le châtelain de Caradeuc. Il possédait deux autres beaux domaines, celui de St-Benoît-des-Ondes, acheté vers 1740, et celui du Plessis de Vern, qu’il acquit en 1742.

ManoirPlessis

Manoir du Plessis – Vern sur Seiche

 

La façade sud du bâtiment principal est percée Lire la suite

La Chalotais #3

Le 63è Congrès Régional 2017 du GRAPB réunira les 27 associations fédérées à Vern sur Seiche les 3 et 4 juin prochains. A cette occasion seront proposés des timbres et souvenirs rendant hommage à La Chalotais, personnage illustre de la Bretagne que je vous invite à découvrir ci-après.

(3ème partie)

L’Affaire de Bretagne

La_Chalotais3

Gravure de La Chalotais – J.J. Hubert 1760 – château de Versailles

Qu’est-ce que l’Affaire de Bretagne ? Après la guerre de Sept ans le Roi ayant des dettes voulait des impôts plus élevés. Rien de plus simple. Le contrôleur général eut l’idée d’augmenter les taxes qui faisaient partie des redevances traditionnelles composant le domaine royal. Le domaine était comme la propriété de la couronne. Le Roi en jouissait sans avoir à demander le consentement des Etats de la province, ce qui n’était pas le cas des autres charges fiscales.

Le problème qui se posa fut celui-ci : Le Roi pouvait-il augmenter les taxes de son domaine librement ? Ces augmentations dépendaient-elles uniquement de lui comme le fond primitif ? Ou, au contraire, devaient-elles, comme tout impôt nouveau, être soumises au consentement des Etats ? Cette dernière opinion était celle des Etats. L’opinion opposée était celle professée par le ministère qui entreprit de lever effectivement et de sa seule autorité les taxes en litige.

Les États ayant refusé de voter les impôts extraordinaires demandés par le gouverneur au nom du roi, La Chalotais prit la tête d’une opposition où le Parlement se rangea aux côtés des États, interdisant la levée d’impôts auxquels les États n’auraient pas consenti. L’annulation de cet arrêt par le roi entraîna en mai 1765 la démission de 85 membres du Parlement de Bretagne.

Les douze magistrats qui n’ont pas démissionné sont alors menacés. Le ministre Saint-Florentin est lui-même destinataire de courriers anonymes injurieux. Une enquête met alors en cause le procureur général du parlement, La Chalotais, alors âgé de 64 ans, qui aurait été trahi par son écriture. Dans la nuit du 10 au 11 novembre 1765, cinq magistrats du parlement de Bretagne sont arrêtés, parmi lesquels les procureurs généraux Louis René de Caradeuc de La Chalotais et son fils Anne-Jacques-Raoul de Caradeuc. Pour ses défenseurs, La Chalotais devient la victime de l’arbitraire ministériel et du despotisme monarchique.

Prison, exil, et réhabilitation

La_Chalotais7

Gravure de La Chalotais – Mémoires de M. de La Chalotais

La Chalotais fut enfermé au château du Taureau, près de Morlaix, puis au couvent des Cordeliers de Rennes mais, par crainte que sa popularité ne rendît difficile cette détention, on le transféra au château de Saint-Malo.

 

Il écrivit quatre mémoires pour se disculper. L’un d’eux se terminait ainsi : « Fait au château de Saint-Malo, 15 janvier 1766, pouvant à peine avoir quelques livres, m’en ayant été enlevés concernant la procédure criminelle. Écrit avec une plume faite d’un cure-dent, et de l’encre faite avec de la suie de cheminée, du vinaigre et du sucre, sur des papiers d’enveloppe de sucre et de chocolat. ». Voltaire écrit à d’Alembert à ce sujet : « Vous pensez bien, mon vrai philosophe, que mon sang a bouilli quand j’ai lu ce mémoire écrit avec un cure-dent, ce cure-dent gravé pour l’immortalité. Malheur à qui la lecture de cet écrit ne donne pas la fièvre !  ».

Les juges n’osèrent pas le condamner sur la base d’expertises en écriture. Louis XV décida alors d’évoquer l’affaire devant le Conseil qui exila La Chalotais à Saintes (mai 1767). Cette sentence augmenta la fermentation des esprits. Philosophes, parlementaires, Jansénistes soutinrent que La Chalotais était victime de la vindicte du duc d’Aiguillon et des Jésuites. Des lettres-patentes du 5 août 1769 arrêtèrent le cours de la justice pour étouffer l’affaire et les parlements de mettre en cause le pouvoir du roi d’empêcher la justice. Le Roi ayant accepté de rappeler les parlementaires bretons qui avaient démissionné, le Parlement se réunit et réclama le retour des deux La Chalotais.

En 1774, au changement de règne, Louis XVI rappelle La Chalotais d’exil et en décembre 1776 décide par lettres patentes d’ériger la terre de Caradeuc en marquisat. La Chalotais est donc bien devenu en une dizaine d’années un authentique symbole politique. Les défenseurs des libertés bretonnes l’exalteront tout au long du XIXe siècle.

Un timbre, une enveloppe, une carte postale et un collector sur La Chalotais sont proposés par PHILAPOSTEL Bretagne à cette occasion. Cette souscription est ouverte à tous, adhérent ou non : c’est ici.

A suivre …

 

 

 

 

La Chalotais #2

Le 63è Congrès Régional 2017 du GRAPB réunira les 27 associations fédérées à Vern sur Seiche les 3 et 4 juin prochains. A cette occasion seront proposés des timbres et souvenirs rendant hommage à La Chalotais, personnage illustre de la Bretagne que je vous invite à découvrir ci-après.

(2ème partie)

Des Jésuites à l’Education Nationale

La_Chalotais4

Gravure de La Chalotais – Ambroise Tardieu

 

Opposant farouche des Jésuites, il présenta au Parlement en 1761 un mémoire sur les constitutions de l’Ordre qui contribua à sa suppression en France.

On sait comment se déchaîna le drame Lire la suite

La Chalotais #1

Le GRAPB (Groupement Régional des Associations Philatélique de Bretagne) a confié aux associations du bassin rennais (AGP, ARP, PCV et PHILAPOSTEL Bretagne) l’organisation du 63è Congrès Régional 2017, qui réunira les 27 associations fédérées à Vern sur Seiche les 3 et 4 juin prochains. A cette occasion seront proposés des timbres et souvenirs rendant hommage à La Chalotais, personnage illustre de la Bretagne que je vous invite à découvrir ci-après.

Louis-René de Caradeuc de La ChalotaisLa_Chalotais2

Louis-René de Caradeuc de La Chalotais, né à Rennes le 6 mars 1701 et mort dans la même ville le 12 juillet 1785, est un magistrat breton et figure historique de la Bretagne.

Il sera Lire la suite

L’art français #7

Notre ami Robert Fontaine (voir son site HistoPhilaBreizh) nous propose une découverte de l’art français. A raison d’un chapitre chaque semaine, cette présentation nous emmènera à travers les timbres et les marques postales, à la découverte ou redécouverte de monuments, peintures, sculptures et autres objets d’art.

art7.

Voici donc la suite :

Bonne lecture !

Le monde des timbres … Les timbres du Monde #26

PHILAPOSTEL Bretagne vous propose cette chronique, à paraître aux environs du 20 de chaque mois, en fonction de l’actualité. Comme son nom l’indique, nous y ferons un tour du Monde en abordant quelques nouveautés marquantes ou originales de divers pays (cliquer pour agrandir) .

Inde : senteur café

Inde_cafeIndia Post et le Bureau du Café ont émis un timbre senteur café.

Le timbre représente des grains de café, une tasse fumante, et le mot Coffee. « Envoyez l’arôme du café à vos proches. A qui offrirez-vous ce timbre au parfum de café ? » : tel est le slogan de la poste indienne, qui émet pour la première fois un timbre senteur.

Allemagne et Vatican : Luther

Non ce n’est pas une émission commune, mais bien deux émissions de timbres de deux pays mais sur le même sujet. L’Allemagne d’un côté, et la Vatican de l’autre, célèbrent tous les deux le 500è anniversaire de la Réforme Luthérienne.

Australie : correspondant de guerre

Australie_Bean.

Un correspondant de guerre, qui fut blessé à la jambe en Turquie pendant la Première Guerre Mondiale, mais qui refusa de cesser d’écrire, a été honoré sur un timbre australien commémorant la Grande Guerre.

L’illustration du timbre est basée sur une photographie de Charles Bean regardant à travers une longue vue l’avancée des troupes australiennes.

Etats-Unis : éclipse de soleil

Le 21 août prochain, une éclipse totale du soleil sera visible à travers les Etats-Unis. A cette occasion, l’USPS émettra en juin un timbre à validité permanente représentant une précédente éclipse de lune.

USA_Eclipse

Particularité : le timbre est à l’encre thermochromique, c’est à dire que la chaleur d’un doigt sur le timbre permettra de découvrir la lune, momentanément disparue pendant l’éclipse.

Slovaquie : mémoire de l’holocauste

La poste slovaque commémore la mémoire des victimes de l’holocauste. Pour le 75è anniversaire des premières déportations de juifs dans les camps de concentration, un nouveau timbre appelé « honneur » a été émis.

Slovaquie_deportation

Son motif est un détail d’une chemise de prisonnier avec l’étoile jaune, et la date du 25 mars 1942, date de la première déportation de juifs slovaques.

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Et en attendant le prochain numéro, zbohom (Au revoir en slovaque) !

Les billets en francs français #7

Suite de la nouvelle saga exclusive de PHILAPOSTEL Bretagne sur les billets français libellés en francs. Merci à l’avance de vos commentaires, compléments d’information etc …

Les billets « bleu » (suite)

 

1863 : le 500 francs bleu

Le 500 francs bleu est un billet de banque en francs français créé le 5 novembre 1863 et mis en circulation le 4 février 1864 en remplacement des 500 francs noir.

La particularité de cette vignette est d’être identique pour le recto au type 500 francs noir de 1842 mais imprimé en bleu.

500_francs_bleu_1863Le verso fut conçu par Guillaume-Alphonse Harang dit Cabasson et la gravure assurée par Adolphe-François Pannemaker (ainsi que le recto). Son format est de 242 × 140 mm.

 

1864 : le 50 francs bleu

Le 50 francs bleu 1864 a été créé le 2 mars 1864, et mis en circulation à partir du 21 mars par la Banque de France. C’est le premier billet de cinquante francs.

50_francs_bleu_1864

Il s’agit d’un billet imprimé en monotype bleu avec une numérotation en noir. Au recto, l’on peut voir une couronne de forme elliptique avec en son sommet une tête de Mercure regardant à gauche, puis sur les côtés, deux cartouches reproduisant les peines encourues en cas de contrefaçon et enfin, à la base, un couple d’angelots. Au verso, cette même couronne elliptique dominée par un dodécaèdre étoilé. Au centre de cette guirlande se trouve tracé en style calligraphique et d’une seule bande le montant du billet.

Il existe trois variantes de ce type :

  • En 1864 une partie de la numérotation et les signatures des deux contrôleurs sont effectuées à la main.
  • À partir de 1868, la numérotation devient mécanique et de couleur noir et la bande calligraphique au verso disparaît.
  • Sur la série imprimée à partir de 1870 à Clermont-Ferrand, la numérotation redevient en partie manuelle.

50_francs_bleu_1864_VLe dessin a été réalisé par le peintre français Guillaume-Alphonse Harang dit Cabasson (1814-1884) et gravé par A. Pannemaker (Recto) et Adolphe Ligny (Verso), tous deux originaires de Belgique. Ce billet est privé définitivement de son cours légal le 2 janvier 1923.

A suivre …

J.O : allez Paris 2024 !

Les Jeux olympiques d’été de 2024, officiellement appelés les Jeux de la XXXIIIe olympiade de l’ère moderne, seront célébrés en 2024 dans une ville qui sera élue lors de la 130e session du CIO à Lima, au Pérou, le 13 septembre 2017. Deux villes demeurent en compétition pour organiser les Jeux : Los Angeles et Paris. Les villes de Hambourg, Rome, et Budapest étaient également en lice jusqu’à leurs retraits, respectivement les 29 novembre 2015, 11 octobre 2016 et 22 février 2017. Il s’agit du plus faible nombre de villes candidates depuis le début des Jeux modernes.

Le 17 mars 2017, afin de conserver les « deux excellentes candidatures » de Paris et Los Angeles, les deux dernières villes encore en course, le Comité international olympique a ouvert la porte à une attribution simultanée des JO 2024 et 2028. Cette décision sera annoncée en juillet 2017 lors de la présentation des candidatures à Lausanne, en Suisse, et assurerait donc aux deux villes d’obtenir l’organisation des Jeux olympiques, en 2024 pour l’une, en 2028 pour l’autre.

A noter que 2024 marquera le centenaire de la dernière organisation des JO d’été par la France … Alors Allez Paris 2024 !

Le meilleur et le pire des timbres d’Irlande

Les timbres-poste ne sont pas uniquement des petits morceaux de papier utilisés pour assurer la livraison de votre courrier – ils sont également des symboles commémoratifs, des emblèmes politiques et des repères historiques.

Irlande01Timbres reprenant la propagande britannique pendant la Première Guerre Mondiale, avant que l’Irlande ne soit indépendante.

« Votre premier devoir est de prendre part à la fin de la guerre. Rejoignez dès aujourd’hui le régiment irlandais »
« J’y vais aussi ! – Le vrai esprit irlandais »

Lorsque l’Etat libre d’Irlande (Eire) a été créé en 1922, Lire la suite

Philapostel vous propose …

PHILAPOSTEL vous propose une nouvelle souscription exclusive et son catalogue de vente à prix net de documents philatéliques :

  • Une vignette Lisa 2 sera émise à l’occasion du 50ème anniversaire de la Société Nationale de Sauvetage en Mer à Brest et à Vannes lors de la semaine du Golfe du Morbihan du 23 au 28 mai 2017.


    Cette vignette Lire la suite

L’art français #6

Notre ami Robert Fontaine (voir son site HistoPhilaBreizh) nous propose une découverte de l’art français. A raison d’un chapitre chaque semaine, cette présentation nous emmènera à travers les timbres et les marques postales, à la découverte ou redécouverte de monuments, peintures, sculptures et autres objets d’art.

art6.

Voici donc la suite :

Bonne lecture !

Les billets en francs français #6

Suite de la nouvelle saga exclusive de PHILAPOSTEL Bretagne sur les billets français libellés en francs. Merci à l’avance de vos commentaires, compléments d’information etc …

Les billets « bleu »

Les « billets noirs » ont été fabriqués entre 1803 et 1862. À partir de 1862, face aux nombreuses tentatives de contrefaçon dues à la diffusion des techniques de gravure essentiellement par clichage photographique, l’Institut d’émission remplace l’encre noire par une teinte bleu céleste, cette couleur Lire la suite