Le scandale du 10f Berthelot

Berthelot_10f

N°A3*, charnière légère, TB, signé A BRUN ET CALVES + CERTIF (COTE 3500 ). Adjugé à 1 291 euros (frais compris) par Blanchy Lacombe le 22 novembre 2019 à Bordeaux.

Faire décoller un avion depuis un navire : aujourd’hui, l’idée semble banale, mais au début du XXe siècle, il s’agit d’une petite révolution. En France, la première tentative date de 1928.

L’objectif est le suivant : faire gagner du temps aux liaisons postales avec les Etats-Unis, en expérimentant un nouveau mode de transport du courrier – par paquebot sur la plus grande partie du trajet puis par hydravion, plus rapide, une fois la terre ferme à proximité.

C’est ainsi que, le 8 août, le paquebot Ile-de-France  quitte Le Havre pour New York, avec à son bord un hydravion. Le 13 août, à environ 400 miles des côtes, celui-ci est catapulté depuis la rampe de lancement installée sur la plage arrière du bateau. L’opération est un succès. Vers 17 h, l’hydravion amérit sans encombre à New York, après avoir parcouru la distance en seulement trois heures (là où il en aurait fallu cinq fois plus à l’Ile-de-France). Le lendemain, les grands quotidiens peuvent titrer « Ship’s plane saves 15 h with mail » (« Un avion embarqué sur un navire fait gagner 15 h au courrier »).

Lors du voyage retour, le 23 août, l’opération se renouvelle avec le même succès… à une différence près. Alors qu’à l’aller le courrier était affranchi avec des timbres ordinaires, au retour, il est porteur de timbres spécialement confectionnés pour l’occasion. L’initiative en revient à Jules Cohen, l’agent des postes embarqué à bord de l’Ile de France qui a profité de l’escale à New York pour faire apposer une nouvelle valeur faciale (10 francs) sur 3 000 timbres à 90 centimes (à l’effigie de Berthelot) et 1 000 timbres à 1,50 franc (à l’effigie de Pasteur). La raison d’être de cette opération ? Officiellement, il s’agissait de remédier en urgence à la pénurie de timbres à 10 francs existant à bord de l’Ile de France… En réalité, cette pénurie a été organisée par Jules Cohen lui-même, dans l’objectif de créer une spéculation. Le stratagème fonctionne : dès le 23 août au soir,  les timbres surchargés se négocient déjà 100 francs l’unité… soit 10 fois plus que leur prix de vente initial. Suite …

Source : Interencheres.com


inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

Samuel Taylor et le gang de Boston

Samuel Taylor, leader du gang de Boston, porte le surnom de « The Master Grafter » (le maître greffeur). Il est connu pour être l’un des plus grands faussaires d’Amérique. Découvrez cet escroc qui ne manquait pas d’audace !

Taylor1Les premiers pas dans le crime

Né en 1838 en Ecosse, à Ayrshire, il devient orphelin très jeune. Un oncle qu’il ne connaissait pas, le recueille chez lui, en Amérique. Mais la cohabitation ne se passe pas Lire la suite

Il n’existe pas de réparation invisible

 

Alain Jacquart et Vincent Beghin de la maison Calves vous donnent quelques « trucs » pour identifier les timbres retravaillés sur le marché français.

Les timbres réparés d’hier et d’aujourd’hui

Les réparations sont un sujet très pointu. Il était en effet fréquent, et ce,  jusqu’au milieu du XXème siècle, de prendre le temps de « retravailler » les timbres avec défauts pour les faire apparaître comme premier choix. Il pouvait s’agir, notamment, de Lire la suite

Ces timbres sont des faux : réponses

Avez-vous deviné pourquoi ces timbres sont faux ? Si oui, bravo ! Sinon, voici les réponses :

*** Regardez attentivement cette lettre avec des timbres de la Libération de Marseille : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ?

Faux1

Nul besoin ici d’être un spécialiste des timbres de la Libération : le faussaire a utilisé comme support Lire la suite

Ces timbres sont des faux : mais pourquoi ?

La maison Calves, et le site Timbres-experts, sont spécialisés dans l’expertise des timbres et la détection des faux. En voici trois exemples que je soumets à votre perspicacité : saurez-vous deviner pourquoi ils sont faux ?

*** Regardez attentivement cette lettre avec des timbres de la Libération de Marseille : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ?

Faux1

*** Regardez maintenant  Lire la suite

5 trucs que les philatélistes devraient connaitre

Il nous arrive parfois de surfer sur Internet… et de nous mettre en colère, car nous y voyons des timbres faux ou truqués se vendre à des prix très élevés (plus élevés parfois, que ceux atteints par des timbres parfaitement authentiques). Autant certains trucages (réparations, notamment) peuvent être difficiles à détecter sur photo et demandent un œil aguerri, autant d’autres types de faux sautent aux yeux pour peu que l’on sache comment les repérer. D’où l’objet de cet article : vous donner quelques « trucs » pour vous permettre d’éviter quelques-uns des faux les plus courants sur le marché. Gardez-le à portée de main si vous faites régulièrement des achats sur Internet !

fauxhambourg

Alsace-Lorraine : la diagonale qui change tout !

Un peu d’histoire pour commencer : début août 1870, les troupes allemandes envahissent les départements de l’est de la France. Le service postal étant désorganisé … Suite sur le magazine Delcampe, pages 20 à 27 …

Attention aux faux !

De plus en plus de faux timbres circulent aujourd’hui, en particulier sur les sites de vente Internet. Souvent, il faut se méfier des timbres facilement (photo)copiables (les premiers taxe par ex) et les timbres à surcharge.

Voici quelques faux timbres découverts grâce à une expertise :

Taxe n°24

faux_t24Le timbre de gauche dessus est un « Faux Fournier ». Rappelons que Fournier, établi à Genève au début du XXe siècle, était Lire la suite

Tout savoir sur les « signé Calves »

Acheter un timbre signé par un expert, c’est bien… mais encore faut-il connaître la signification de l’emplacement de cette signature ! En effet, selon qu’elle est plus ou moins décalée vers la gauche, la droite ou le haut, l’emplacement de la signature donne des indications précieuses sur l’état du timbre (neuf sans charnière, avec charnière ou oblitéré, 1er ou 2e choix, etc.).

Concernant  la signature Calves, Lire la suite

Des faux semi-modernes

De nouveaux types de faux viennent d’apparaître sur le marché. Ils sont particulièrement dangereux pour deux raisons. D’une part, parce qu’ils concernent des timbres semi-modernes de cote moyenne (Saint-Trophime, Rivière bretonne, Jacques Cartier, etc.) pour lesquels les acheteurs se montrent souvent vigilants. D’autre part parce qu’ils sont produits avec des moyens d’impression moderne, mais sur du papier d’époque (ou, plus exactement, des années 40).

Où les faussaires ont-ils trouvés ce papier des années 40 ? Ils se sont tout simplement servi des bords de feuille de timbres d’époque. Les faux sont donc bel et bien imprimés sur du papier authentique !

Comment reconnaître ces timbres ? Au premier abord, ces timbres sont particulièrement dangereux, car l’aspect du papier leur confère un « air d’authenticité ». Un examen plus attentif permet toutefois de les démasquer rapidement, en raison du flou de l’impression. Mais nous ne saurons que trop vous conseiller, y compris pour les moyennes valeurs semi-modernes, de privilégier dans vos achats les timbres authentifiés par des experts connus.

Source : timbres-experts.com