Le scandale du 10f Berthelot

Berthelot_10f

N°A3*, charnière légère, TB, signé A BRUN ET CALVES + CERTIF (COTE 3500 ). Adjugé à 1 291 euros (frais compris) par Blanchy Lacombe le 22 novembre 2019 à Bordeaux.

Faire décoller un avion depuis un navire : aujourd’hui, l’idée semble banale, mais au début du XXe siècle, il s’agit d’une petite révolution. En France, la première tentative date de 1928.

L’objectif est le suivant : faire gagner du temps aux liaisons postales avec les Etats-Unis, en expérimentant un nouveau mode de transport du courrier – par paquebot sur la plus grande partie du trajet puis par hydravion, plus rapide, une fois la terre ferme à proximité.

C’est ainsi que, le 8 août, le paquebot Ile-de-France  quitte Le Havre pour New York, avec à son bord un hydravion. Le 13 août, à environ 400 miles des côtes, celui-ci est catapulté depuis la rampe de lancement installée sur la plage arrière du bateau. L’opération est un succès. Vers 17 h, l’hydravion amérit sans encombre à New York, après avoir parcouru la distance en seulement trois heures (là où il en aurait fallu cinq fois plus à l’Ile-de-France). Le lendemain, les grands quotidiens peuvent titrer « Ship’s plane saves 15 h with mail » (« Un avion embarqué sur un navire fait gagner 15 h au courrier »).

Lors du voyage retour, le 23 août, l’opération se renouvelle avec le même succès… à une différence près. Alors qu’à l’aller le courrier était affranchi avec des timbres ordinaires, au retour, il est porteur de timbres spécialement confectionnés pour l’occasion. L’initiative en revient à Jules Cohen, l’agent des postes embarqué à bord de l’Ile de France qui a profité de l’escale à New York pour faire apposer une nouvelle valeur faciale (10 francs) sur 3 000 timbres à 90 centimes (à l’effigie de Berthelot) et 1 000 timbres à 1,50 franc (à l’effigie de Pasteur). La raison d’être de cette opération ? Officiellement, il s’agissait de remédier en urgence à la pénurie de timbres à 10 francs existant à bord de l’Ile de France… En réalité, cette pénurie a été organisée par Jules Cohen lui-même, dans l’objectif de créer une spéculation. Le stratagème fonctionne : dès le 23 août au soir,  les timbres surchargés se négocient déjà 100 francs l’unité… soit 10 fois plus que leur prix de vente initial. Suite …

Source : Interencheres.com


inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

Une réflexion au sujet de « Le scandale du 10f Berthelot »

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.