Des enchères comme on n’en reverra pas !

BritishGuyana_1cMagenta_recto

le 1 cent magenta

Je viens d’apprendre que les deux timbres les plus précieux au Monde seront vendus aux enchères le 8 juin chez Sotheby’s à New York. Le  1 ¢ magenta de Guyane britannique  et l’unique bloc de quatre Inverted Jenny, seront mis en vente, ainsi que la pièce de 20 dollars Double Eagle de 1933.

Et même si vous et moi ne sommes sans doute pas concernés directement, nul doute qu’on ne reverra pas de si tôt une telle enchère !

Le célèbre créateur de chaussures Stuart Weitzman a acheté les deux timbres en 2014. Il a payé plus de 9,4 millions de dollars pour le Guyane britannique et «seulement» environ 5 millions de dollars pour le bloc de Jenny Inverted.

C’est excitant de voir des timbres rares se vendre. Le Guyane britannique ne s’est vendu que 4 fois au cours des 70 dernières années ! Qui paiera des millions de dollars pour ces trésors ? Je vous tiendrai au courant des résultats.

Le One cent magenta de Guyane Britannique

Aucun timbre n’est plus rare que le seul exemplaire survivant de la Guyane britannique One-Cent Magenta, une émission d’un cent unique mais sans prétention de 1856, considérée comme l’apogée de la philatélie depuis plus d’un siècle.

Le Guyane britannique est également remarquable pour son héritage, ayant été redécouvert par un écolier de 12 ans vivant en Amérique du Sud en 1873, et de là passant par certaines des plus importantes collections de timbres jamais rassemblées. Sa riche histoire commence en 1852, lorsque la Guyane britannique a commencé à recevoir régulièrement des timbres-poste fabriqués en Angleterre par Waterlow & Sons ; en raison d’une erreur d’écriture en 1855, une pénurie de timbres importés menaça de perturber le service postal dans toute la Guyane britannique et força le maître de poste à se tourner vers les imprimeurs du journal local Royal Gazette pour commander un approvisionnement d’urgence en timbres-poste pour l’année suivante : le noir à un cent sur papier de couleur magenta, un magenta à quatre cent et un bleu à quatre cent.

En 1878, le timbre est revenu en Grande Bretagne et peu de temps après, il a été acheté à Paris par le comte Philippe la Renotière von Ferrary, peut-être le plus grand collectionneur de timbres de l’histoire (voir notre article). Après la guerre, la France a saisi sa collection, qui avait été donnée au Postmuseum de Berlin, dans le cadre des réparations de guerre dues par l’Allemagne, et a vendu le timbre en 1922. Acheté par Arthur Hind, un magnat du textile de New York, pour son premier prix record de 35 000 dollars aux enchères, suivi par l’ingénieur australien Frederick T. Small, puis un consortium dirigé par Irwin Weinberg, puis BritishGuyana_1cMagenta_versopar John du Pont, héritier de la fortune de la société chimique éponyme, sportif amateur excentrique et collectionneur passionné. Du Pont a payé 935 000 $ pour le timbre lors d’une vente aux enchères en 1980, avant sa dernière vente aux enchères à Weitzman, marquant le plus récent prix record de l’objet à 9,48 millions de dollars. Poursuivant la tradition des anciens propriétaires de la Guyane britannique, Weitzman a ajouté sa propre marque personnelle au revers du timbre en octobre dernier, en inscrivant ses initiales «SW» avec un dessin au trait d’une chaussure à talon aiguille comme un clin d’œil à son héritage dans mode. 

Le 20 dollars Double Eagle de 1933

Num_USA_DoubleEagle1933_rectoLe Double Eagle de 1933 a une histoire richement captivante qui résume de vastes pans de l’histoire des États-Unis et est au centre des intrigues depuis plus de 80 ans. Il s’agit de la dernière pièce d’or d’Amérique frappée pour la circulation, mettant fin à une tradition commencée en 1795. Conçue par le célèbre sculpteur Augustus Saint-Gaudens à la demande du président Theodore Roosevelt, ses images de la Liberté s’avançant à l’avers, avec l’aigle américain en vol sur le revers est considéré comme le plus beau design de pièce d’Amérique. En 1933, le président Franklin Roosevelt, dans le cadre de ses efforts pour sortir l’économie en lambeaux de l’Amérique de la Grande Dépression, a retiré le pays de l’étalon-or. Frappés mais jamais émis pour utilisation, tous les Double Eagles de 1933 ont été détruits à l’exception de deux exemplaires envoyés à la Smithsonian Institution. 

Or quelques semaines seulement avant le début de l’enquête des services secrets en 1944, l’un des Double Eagles de 1933 a été acheté et a obtenu à tort une licence d’exportation. Il est entré dans la célèbre collection de pièces du roi Farouk (voir notre article) où il est resté diplomatiquement intouchable jusqu’en 1954, date à laquelle sa collection a été mise aux enchères par Sotheby’s, agissant au nom de la nouvelle République d’Égypte. En apprenant sa présence dans la vente, le gouvernement des États-Unis a demandé avec succès que la pièce soit retirée. Mais elle n’a pas été rendue et le sort de la pièce est resté un mystère jusqu’en 1996, date à laquelle elle a été saisie par les services secrets.

Num_USA_DoubleEagle1933_versoEn 2005, dix autres Double Eagles de 1933 sont apparus en possession de la famille de l’un des principaux suspects de l’enquête des services secrets de 1944 et une autre bataille juridique s’en est suivie. Plus d’une décennie plus tard, après un procès devant jury et des appels (jusqu’à la Cour suprême), les Double Eagles de 1933 ont été déclarés propriété des États-Unis et a confirmé la déclaration du gouvernement en 2002 que le Double Eagle de 1933 de Stuart Weitzman est «le seul exemplaire que le gouvernement des États-Unis ait jamais autorisé pour la propriété privée».

Le bloc de quatre Inverted Jenny

Premier numéro de poste aérienne des États-Unis et erreur philatélique la plus reconnue et la plus recherchée, le bloc de Jenny inversé de 24 cents de 1918 est l’élément le plus célèbre et le plus précieux de la philatélie aux États-Unis. Il n’y avait qu’une seule feuille de 100 Jennies inversés jamais vendue, et un seul bloc de quatre comprenant les positions 87-88 et 97-98. Il est apparu pour la dernière fois sur le marché il y a 16 ans lorsqu’il s’est vendu aux enchères pour 2,97 millions de dollars et a ensuite été acheté à titre privé par Weitzman en 2014.

Pour payer le taux de 24 cents désigné pour la nouvelle route officielle de la poste aérienne, le service postal des États-Unis a publié un timbre bicolore spécial en mai 1918 avec un biplan bleu Curtiss JN-4 «Jenny» – le premier transporteur aérien du pays – entouré d’un cadre rouge carmin. Une seule feuille de 100 timbres avec les biplans apparaissant à l’envers – en raison d’une erreur d’impression – a été vendue pour 24 $, la valeur nominale des 100 timbres, à William T. Robey. Caissier dans une société de courtage et collectionneur de timbres astucieux, Robey a reconnu la rareté de la feuille défectueuse et a rejeté les demandes de l’USPS de rendre les timbres après avoir appris leur erreur. Au lieu de cela, il a vendu la feuille quelques jours plus tard, marquant le début du voyage sauvage et sinueux des 100 Inverted Jennies.

USA_InvertedJenny_Bloc

Ayant rapidement gagné en notoriété au sein de la communauté philatélique, Eugene Klein – le marchand de timbres de Philadelphie qui a acheté la feuille de Robey – l’a immédiatement vendue au colonel multimillionnaire «Ned» Green, un collectionneur de timbres et de pièces de monnaie follement excentrique. Klein a ensuite persuadé Green de lui permettre de vendre des timbres individuels à des collectionneurs avides, l’obligeant à diviser soigneusement la feuille en simples et en blocs, ce qu’il a fait après discrètement et astucieusement, numérotant chaque timbre au crayon léger au verso. Le colonel a conservé de nombreux singles et tous les blocs principaux – y compris le bloc de numéro de plaque actuel, qui comprenait alors huit exemplaires. Après la mort de Green en 1944, le bloc de huit Jennies passa dans la collection d’Amos Eno où il fut séparé en un bloc de quatre et dix ans plus tard, il fut acheté par les Weill Brothers de la Nouvelle-Orléans. Décrit comme «l’élément le plus important de la philatélie américaine» lorsque le bloc des Weill Brothers a été mis aux enchères en 1989, il a été acheté pour la somme sans précédent de 1,1 million de dollars par un acheteur anonyme qui a conservé le bloc jusqu’en 2005, date à laquelle le célèbre investisseur obligataire William Gross l’a acheté pour 2,97 millions de dollars.

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.