Des trésors bien cachés

Rarissimes. Qui connaît la petite centaine de blocs spéciaux émis par la France entre 1946 et 1968 ?
Comme ceux, par exemple qui illustrent ce billet. Tirés à 22, 35 et 20 exemplaires, ces blocs feuillets spéciaux dentelés et gommés de 1957, 1958 et 1959 ne voient pas, d’année en année, leurs cotes (2250€, 1800€ et 1500€) évoluer autrement que par une sorte de revalorisation automatique.
Tresors1

Bloc feuillet spécial de 1957

La rareté des transactions sur des pièces aux tirages aussi limités est probablement une des clés de cette énigme. Ne figurant qu’épisodiquement sur les sites de vente en ligne, ils apparaissent parfois dans les ventes sur offres ou dans des ventes à prix nets dont les catalogues ne sont consultés que par de rares spécialistes. Les prix auxquels ils sont négociés sont proches de leurs cotes (entre 50% et 70%).
Mal catalogués, ces blocs figurent généralement dans une rubrique particulière et, contrairement aux épreuves de luxe et aux épreuves d’artiste, loin des timbres qui les composent, mais aussi séparés des autres blocs feuillets, ils ont des numéros qui n’en sont pas vraiment. Souvent aussi, les illustrations manquent. Tout conspire à la quasi clandestinité, ou au moins à la très grande discrétion de leur existence.
Sous-estimés, ils le sont, à l’évidence, comparés à des pièces d’égale rareté. Pour des acheteurs de pays émergents à la recherche de pièces rares, de qualité, à fort potentiel d’évolution ils auront une vraie attractivité. À l’abri du marché mondialisé qui ne les a pas encore découverts, ils présentent encore – mais pour combien de temps ? – de vraies opportunités.
Tresors2

Bloc feuillet spécial de 1958

Les colonies françaises en ont émis aussi. Tout aussi rare et encore plus mal répertoriés. Certains sont communs à deux ou plusieurs colonies (blocs siamois et émissions conjointes). Ils sont encore plus confidentiels.
Monaco en a émis, mais très vite leur fabrication a donné lieu à une dérive des émissions et des tirages et surtout à un trafic dans lequel un escroc notoire, spécialiste des « investissements mutualisés » (récemment dans les manuscrits anciens) mais surtout des pyramides de Ponzi s’est illustré, ruinant la réputation (et la cote) de la philatélie monégasque.
Tresors3

Bloc feuillet spécial de 1959

Gravés en taille-douce pour l’énorme majorité d’entre eux et d’une impression soignée, il n’en n’existe pas de faux répertoriés. Ils sont protégés par leur rareté et par les défauts mêmes des ouvrages qui les cataloguent si mal.

Bernard QUIRIN – « Etudes philatéliques » sur facebook

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

2 réflexions au sujet de « Des trésors bien cachés »

  1. Vous trouverez ces blocs spéciaux sous l’appellation Epreuves collectives dans les ventes sur offre. De mon côté je recherche l’épreuve collective Série sport de 1956.

    • Les épreuves (de luxe) collectives sont différentes des blocs spéciaux. Elles sont, comme les autres épreuves de luxe, imprimées sur du papier de fort grammage et non dentelées. Les blocs spéciaux sont toujours imprimés sur papier gommé et généralement dentelés. Certains blocs spéciaux dentelés existent aussi en version non-dentelée, mais toujours gommées. En général, les ventes sur offres distinguent bien épreuves collectives et blocs spéciaux.

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.