Collectionnez comme vous aimez !

Je vous propose aujourd’hui un article paru sur un blog en 2005 (il y a 15 ans !) à propos de l’évolution de la philatélie. Et si le blog a aujourd’hui malheureusement disparu … l’article ci-dessous pourrait encore être écrit aujourd’hui !

La politique actuelle des émissions philatéliques de La Poste est souvent critiquée. Que lui reproche-t-on ?

L’inflation des émissions

L’inflation des émissions existe, mais ça dépend du point de vue selon lequel on se place : si on compte en sujets, cela reste assez stable. Par contre la Poste multiplie les présentations :

  • ProduitsPhilateliquesFeuille
  • Carnet
  • Bloc-feuillet
  • Mini-feuille
  • Mini-feuille personnalisée
  • Livret
  • Souvenirs
    • Document philatélique officiel
    • Gravure
    • Notice premier jour
    • Enveloppes ou présentations premier jour diverses

Il fut un temps où seules les feuilles (et un bloc-feuillet de temps en temps pour les expositions philatéliques) étaient produites.

Mais au fil des ans les présentations se sont ajoutées … sans jamais être supprimées :

  • 1952 : premier carnet Croix-Rouge
  • 1953 : carnet Croix-Rouge, 2 blocs de quatre de la paire Croix-Rouge
  • 1984 : nouvelle présentation du carnet Croix-Rouge à 10 timbres du tarif lettre
  • 1985 : carnet personnages célèbres, 6 timbres
  • 1986 : carnet journée du timbre, 6 timbres
  • 1993 : carnet journée du timbre, 7 timbres avec et sans surtaxe
  • 1998 : le timbre Rond est émis en feuille, en carnet de 10, et en bloc-feuillet ne comportant qu’un seul timbre et 9 vignettes (vendu au dessus de la faciale)
  • 1999 : un bloc-feuillet est rajouté à la série « journée du timbre »
  • 1999 : série Jeunesse en bloc-feuillet de 10 timbres différents
  • 1999 : premier carnet « coeurs » autocollant
  • 2000 : introduction des blocs-feuillet personnalisés de 10 timbres, vendus au double de la faciale pour financer la prestation
  • 2000 : introduction des blocs-feuillet « le siècle au fil du timbre » suivi de « la France à vivre » et « la France à voir »
  • 2000 : introduction du bloc-feuillet « nature »
  • 2001 : premier carnet « vacances »
  • 2001 : premier carnet « voeux »
  • 2003 : premier livret incluant des blocs-feuillets inédits (« la France à vivre », « la France à voir)
  • 2003 : premier carnet autocollant avec reprise d’un ancien timbre d’usage courant
  • 2003 : bloc Rouge-gorge, suivi de bien d’autres
  • 2003 : première mini-feuille (avec inscriptions marginales) de 10 timbres de Poste Aérienne, en plus de la feuille normale de 40 timbres.
  • 2005 : premier carnet de 10 timbres « journée de la poste »
  • (ndlr) … et ce listing s’arrête en 2005 on pourrait y ajouter encore d’autres « nouveautés » comme les carnets « saveurs de nos régions », « châteaux de nos régions », « faune (vaches, chèvres, coqs, …) », …
Footix1998

1998 : le timbre Rond est émis en bloc-feuillet ne comportant qu’un seul timbre et 9 vignettes (vendu au dessus de la faciale)

La politique d’émissions de La Poste vise à « sortir le beau timbre de son ghetto philatélique ». Pour cela elle a adopté le timbre autocollant, plus pratique mais qui pose des difficultés aux philatélistes : comment extraire proprement un timbre d’un carnet, comment les décoller (au moins pour les premiers) ?

Elle multiplie aussi les sujets plus proches du public, en ciblant différentes populations (les enfants, les femmes). Les timbres à message (« oui », « merci », …), les sujets et formats synonymes pour les philatélistes des pays manquants de sérieux dans le domaine philatélique (la bande dessinée, les timbres ronds, en forme de coeur, … ) rencontrent un écho mais ne sont guère appréciés des philatélistes.

La difficulté à suivre et à se procurer les émissions

De nombreuses présentations ne sont pas largement disponibles, y compris pour les collectionneurs abonnés aux nouveautés ou qui se rendent à un point philatélique. Parfois il faut commander au Service Philatélique de La Poste, parfois il faut se rendre à des salons ou commander sur internet. Un abonnement directement au SPP permet de se procurer la quasi-totalité des émissions, mais pas toutes ! Et il y a plusieurs formules, attention à choisir la bonne !

La faute aux éditeurs ?

Les éditeurs de catalogue et de feuilles d’album ont à mon avis une grande responsabilité en listant ou prévoyant des cases pour trop de choses ! Prenons l’exemple des carnets, ils ont longtemps été listés dans une catégorie à part (« fin de catalogue »), mais quand le carnet Personnages Célèbres est sorti en 1985 il a figuré dans la rubrique générale au motif qu’il s’agissait d’une « bande-carnet » (néologisme inventé pour l’occasion).

album_pageLes éditeurs ont aussi tendance à forcer les collectionneurs à casser les présentations : pour le carnet 150ème anniversaire du timbre-poste en 1999, au lieu de se contenter de mettre une case pour le carnet (ou bien pour 2 timbres du carnet), il faudra souvent avoir 3 carnets : un complet, un deuxième pour en extraire les 2 timbres isolés, et un troisième pour la paire se-tenant ! Parfois c’est la dentelure ou un bord de feuille qui justifiera une autre case. Ce n’est pas nouveau, et ça explique la cote de certains blocs-feuillets (du premier par exemple), dont beaucoup ont été cassés ou raccourcis pour pouvoir remplir ces fameuses cases.

Au final, ce sont les collectionneurs « de base » qui ressentent un certain ras le bol, parce que d’une part leur budget augmente à priori, mais aussi à posteriori quand après avoir acheté leurs feuilles complémentaires ils doivent à nouveau dépenser – au prix fort – chez les négociants pour remplir ces cases. Et d’autre part ils aiment de moins en moins les sujets et la façon dont ils sont traités. Sans compter qu’il est de plus en plus connu  qu’acheter les nouveautés à La Poste est souvent un très mauvais placement !

La solution paraît simple : arrêter de collectionner tout ce que La Poste et/ou les éditeurs proposent (car ce n’est qu’un proposition après tout, on n’est pas obligé de suivre !). Choisir certaines nouveautés et pas d’autres, remonter dans le temps, se diriger vers d’autres pays (un DOM ou un TOM pour rester en France !) ou pourquoi pas se lancer dans une collection spécialisée. Faites des choix !

Il y a 15 ans que cet article est paru pour la première fois, et il est toujours d’actualité ! A noter qu’il y a également 15 ans que PHILAPOSTEL choisissait son nouveau slogan, toujours et plus que jamais en vigueur aujourd’hui : Collectionnez comme vous aimez !

C’est l’heure des résolutions pour 2020, alors ? Qu’en pensez-vous ?


inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

2 réflexions au sujet de « Collectionnez comme vous aimez ! »

  1. Moi je continue à collectionner comme je l’ai toujours fait. Pour le plaisir…au feeling en gardant approximativement le même budget par mois.Pour le reste si je m appelais CRESUS
    Ça se saurait !!!😉

  2. Et oui et ce n’est pas seulement en France que l’on exagère avec les nouveautés. En Belgique aussi il faut plus de 250 euros pour une année complète avec les carnets, en Allemagne des émissions existent en normal et en auto-collant, petit bloc. Par ex le timbre émis il y a dix jours pour l’année Beethoven existe en feuille de 10 standard + un bloc avec un timbre + un feuillet avec des autocollants, tous de la même valeur 0,80 port lettre et du même dessin.Et si ces timbres autocollant plaisent à ceux qui ne veulent pas lècher le timbre pour le coller sur le courrier, nul ne sait dans quelle condition seront les autocollants neufs dans 50 ans. En Belgique le premier carnet autocollant Fleur de 1990 à déjà triste allure.
    D’autre part une collection de Belgique 1940-1990 neuve complète et sans charnière vaut moins aujourd’hui que 2001-2019, voyez les prix dans les ventes. Les ex colonies françaises de 1962-1988 valent à peine plus de 10% mais de 1990 à 2018 à la moitié cote c’est une excellente affaire, personne n’en a. Mais je ne connais personne qui collectionne encore le pays complet, mais seulement des thèmes sont demandés.
    De toute façon il faut collectionner ce que l’on aime et pas uniquement boucher des cases. Un de mes ancien client essayait depuis plus de 20ans de compléter un album mondial de 1886, doré sur tranche, et le plus dur était de trouver des découpes d’entiers postaux qui figuraient sur les pages de l’album.

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.