La « propagande douce » italienne

Le design sans cesse changeant des billets de banque et des timbres italiens offre un aperçu unique de la période tumultueuse du pays au début du 20e siècle. Des tentatives des éditeurs de s’aligner sur la royauté ou le renouveau de l’après-Seconde Guerre mondiale, nous avons compilé un guide des thèmes, motifs et même des messages subliminaux communs.

Italie_propagande2série Manzoni du Royaume d’Italie de 1923

Timbres, billets de banque, et même livres : ces formes de «propagande douce» ont toujours joué un rôle important dans la manière dont un pays se présente au monde. L’Italie du début du XXe siècle est un exemple fascinant : propagande douce du pays reflétant l’agitation politique intense et la recherche d’une identité nationale. Même les amateurs peuvent deviner avec précision à quel moment un timbre, un billet de banque ou un manuel italien spécifique a été imprimé.

L’innovation conservatrice du début du siècle

Au début du XXe siècle, les concepteurs de l’identité visuelle nationale de l’Italie se concentraient sur les timbres, les billets de banque et les pièces de monnaie. Toutefois, la pratique de l’industrie de l’édition consistant à utiliser des jaquettes unies et à la couleur unie était en elle-même importante, les éditeurs choisissant des couleurs associées à la royauté et à la religion. En comparaison, les concepteurs de timbres et de billets avaient beaucoup plus de liberté, bien qu’ils fussent également soumis à un contrôle accru de leurs homologues littéraires.

En 1910, de nouveaux croquis de billets de banque italiens furent commandés. Ils devaient représenter une profession italienne typique alliant simplicité, pureté et équilibre. Un aspect plus pratique du cahier des charges précisait que les couleurs des billets devaient être uniques et suffisamment contrastées pour contrecarrer les contrefacteurs. Le résultat a été un ensemble de billets de banque ornés dans un tableau saisissant de couleurs. L’équilibre a été créé à l’aide de sculptures et d’images classiques, tels que les deux groupes de sculptures de Nicola Cantalamessa-Papotti qui ornaient la façade du Palazzo Koch.

Italie_propagande1

le 50 Lires de 1915

Mussolini et le passage de la royauté à l’armée

Pendant les trois premières décennies du 20e siècle, tous les timbres définitifs italiens avaient pour habitude de représenter soit un portrait du roi, soit le blason royal. Cela a changé en 1929 lorsque le gouvernement fasciste de Benito Mussolini a publié la « Série Imperiale » (ci-dessous). Alors que le nom de la série évoquait de manière évidente la tradition de la royauté et continuait à porter le portrait du roi, ces timbres envoyaient un message très clair quant à savoir qui régnait vraiment en Italie.

Italie_SerieImperiale1  Italie_SerieImperiale2  Italie_SerieImperiale3

Les fasces (un faisceau de bâtons, souvent surmonté d’une hache), symbole largement accepté de l’État fasciste, étaient fortement représentés (voir les 71/2 et 10c ci-dessus). Parmi les portraits de grands chefs militaires italiens, tels que Jules César, l’empereur Auguste, bien que Mussolini soit étonnamment absent. Il a figuré sur une série de timbres commémorant la visite d’Adolf Hitler en 1941 à Rome. Utilisant la même palette que la série impériale, ces timbres spéciaux mettent en scène les deux dictateurs se faisant face, entourés du symbolisme fasciste.

Mussolini1     Mussolini2

Le culte d’Il Duce signifiait que, à une époque où la guerre limitait l’encre, le papier et l’impression non essentielle, les éditeurs privilégiaient toujours la présence du visage de Mussolini sur les couvertures de livres. De nombreux créateurs de livres ont poursuivi la tendance d’avant-guerre consistant en des couvertures de livres simples, une pratique qui rend la fiction, la non-fiction et les manuels pratiquement impossibles à distinguer. Un nombre important de livres, cependant, comportait des eaux-fortes, des peintures et même des photographies du dictateur.

Normalisation et réinvention d’après-guerre

En juillet 1943, ce fut la première émission de la devise militaire alliée (AM lire). Ces billets ordinaires constituaient un grand écart par rapport à la tradition : abandonnant les profils des grands hommes et des bâtiments italiens et optant plutôt pour des bordures pastel et un simple chiffre au centre. Inutile de dire que les Alliés n’ont pas fait de l’inclusion du visage de Mussolini une priorité. Le fait que les lires américaines soient presque identiques à celles d’autres pays était un message clair à la population italienne que leur pays était devenu sous contrôle des Alliés.

La conception des timbres italiens n’a pas été immédiatement touchée, à la différence des billets de banque, peut-être parce que les forces alliées de l’époque ne se sont pas rendu compte que la majorité du service postal italien fonctionnait toujours. Les anciens nazis installèrent la République sociale italienne fantoche dans le nord de l’Italie et commencèrent presque immédiatement à émettre leurs propres timbres. Ces timbres où ne figuraient plus Mussolini ou d’autres nazis de haut rang. Cependant, ils ont continué à utiliser des symboles du régime du Duce avec des images stylisées de l’architecture antique romaine et italienne classique.

Italie_propagande3

le 1.000 Lires de 1947

L’Italie est sortie de la Seconde Guerre mondiale dans un état déplorable, ravagée par le conflit et les multiples invasions, et avec la lire AM. L’édition italienne s’est arrêtée, rendant les livres de leur époque particulièrement rares, et la poste était dans un état de désarroi, avec une grande confusion quant aux modèles de timbres encore utilisés. De toute évidence, l’Italie devait repenser et rétablir son identité nationale.

Passant de l’empire italien aux innovateurs italiens, la Banque d’Italie a chargé Fiorenzo Masino Bessi de concevoir une nouvelle série de billets. Les créations de Bessi incluent des portraits du compositeur Giuseppe Verdi, des artistes Raphael et Michelangelo et, bien entendu, de Leonardo da Vinci. De nombreux observateurs ont pris cela comme un signe que l’Italie était prête à entrer dans la seconde moitié du XXe siècle avec un sentiment de fierté nationale.

Source : Catawiki


inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

 

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.