Les insolites de la collection #80 : dans la lune …

Avec l’exposition «La Lune : du voyage réel aux voyages imaginaires», le Grand Palais célèbre les 50 ans des premiers pas sur notre satellite. Victor Martin-Malburet a prêté ses extraordinaires photos de la mission Apollon 11.

Lune1

Branchez-le « lune » et Victor Martin-Malburet s’envole, c’est plus fort que lui. « Là, Frank Borman vient juste de passer du côté de la face cachée de la Lune, raconte-t-il, cliché en main, il n’a plus aucun contact radio avec la Terre, qui est en train de se lever sur l’horizon lunaire, le spectacle lui coupe le souffle, il saisit alors son appareil pour prendre le premier Earth rise (NDLR : lever de Terre) de l’histoire de l’humanité ».

En quinze ans, ce Parisien de 36 ans a constitué l’une des plus formidables collections de photos des missions lunaires. Et si le Grand Palais, pour son exposition « La Lune » a frappé à sa porte pour lui emprunter une quarantaine de photos de la mission Apollo 11 menée par Neil Armstrong et Buzz Aldrin, celle des premiers pas de l’homme sur la lune, ce n’est pas un hasard. La collection Victor Martin-Malburet fait autorité. Plus de 2000 clichés ont été rapportés des missions Apollo. Ce grand brun à la mèche rebelle dit en détenir « plus de mille ».

Société: collectionneur de photos de lune

Une odyssée personnelle : tout est parti de son père, grand amateur d’art avant-gardiste. « Tous les matins, je l’accompagnais à Drouot à 11 heures, la meilleure heure, car on peut y faire tour des ventes du jour et de celles du lendemain. C’est comme cela qu’à 15 ans, j’ai acheté mon premier lot. Dedans, j’y ai trouvé ma première pépite, la photo de Buzz Aldrin où l’on voit le reflet du photographe dans la visière dorée de son casque », raconte le jeune homme.

La perfection de sa composition le frappe. La sensation de toucher du doigt comme un fragment d’histoire le saisit : « J’ai réalisé que j’avais entre les mains un tirage d’époque, réalisé par la Nasa, juste après le retour d’Apollo 11 à partir d’un des négatifs ramené par Armstrong ». De ce tirage, naîtra une collection unique dans lequel viennent puiser tous les commissaires d’expositions : panoramas aux lignes fuyantes, rochers lunaires sculpturaux, diamants graphiques. Il les a glanés pour la plupart dans les archives personnelles d’anciens scientifiques de la Nasa. « J’ai eu de la chance, confie-t-il, à l’époque, personne ne se rendait compte de leur valeur. »

Société: collectionneur de photos de lune

Dans les enchères, ce type de clichés atteint désormais de 500 à 50 000 euros. Il aurait pu choisir d’en faire commerce. Mais il s’y refuse. « La Lune, c’est une porte magique. C’est de là que les astronautes ont réalisé notre premier autoportrait, c’est de là qu’on partira sur Mars, c’est un voyage qui appartient à chacun. »

«La Lune : du voyage réel aux voyages imaginaires», Grand Palais (Paris VIIIe), jusqu’au 22 juillet, 10 heures-20 heures, 22 heures mercredi, fermé mardi, 10-14 euros. du 3 avril au 22 juillet 2019.

Source : LeParisien.fr

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.