Il n’existe pas de réparation invisible

 

Alain Jacquart et Vincent Beghin de la maison Calves vous donnent quelques « trucs » pour identifier les timbres retravaillés sur le marché français.

Les timbres réparés d’hier et d’aujourd’hui

Les réparations sont un sujet très pointu. Il était en effet fréquent, et ce,  jusqu’au milieu du XXème siècle, de prendre le temps de « retravailler » les timbres avec défauts pour les faire apparaître comme premier choix. Il pouvait s’agir, notamment, de boucher des amincis (en les comblant par des ajouts de matière ou en replaquant l’ensemble de la surface du timbre), d’« élargir » des marges courtes ou manquantes (en rajoutant du papier, puis en les redessinant) ou encore de faire disparaître des déchirures.

YT12_repareOn imagine mal, aujourd’hui, le degré de minutie que requéraient ces opérations : les réparateurs pouvaient passer plusieurs heures à travailler sur un seul timbre.

Pince et pinceau à la main, ils s’abîmaient la vue à scruter ceux-ci sous un microscope ou une loupe fortement grossissante.

Cet art (car il s’agit quasiment d’un art) s’est aujourd’hui perdu. Il existe encore quelques réparateurs qui opèrent sur le marché philatélique, mais leur travail est dans l’ensemble d’une grossièreté navrante.

Quelle conséquence dans la valeur d’un timbre réparé

De manière générale, une réparation n’ôte pas toute valeur à un timbre. Toutefois, elle entraîne une décote, plus ou moins importante en fonction de son ampleur et de la qualité de son exécution. Chez Calves, il nous arrive fréquemment de voir proposés comme premier choix des timbres avec des réparations extrêmement visibles. Le plus souvent, ces timbres sont vendus à un prix attractif (10% à 15% de la cote) ce qui tend à prouver que le vendeur sait très bien ce qu’il fait…

Comment, dans ce contexte, pouvez-vous repérer ces fameux timbres grossièrement réparés ? Le « truc » réside dans une observation minutieuse du timbre. Si vous détectez une anomalie n’ayant aucune raison de figurer sur un exemplaire normal, prenez garde ! On parle ici des différences de couleur de papier ou encore des irrégularités dans le dessin.

YT12_repare_detailLe n°12 ci-dessus est un exemplaire frappant : regardez le bas du timbre. Vous remarquerez qu’à gauche, le papier est de couleur plus claire et « coupe » la marge inférieure en plusieurs endroits. Le tout signe un rajout de papier particulièrement mal exécuté.

Bon à savoir : il n’existe pas de réparation invisible. Cependant, certaines peuvent être particulièrement subtiles. Dans ce cas, elles vont nécessiter un examen au microscope et/ou un bain dans un révélateur chimique pour les détecter. Toutefois, un examen attentif des photos sur Internet devrait vous permettre d’écarter un certain nombre de rossignols !

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.