Des marraines pour les poilus

Marraine1En 1914, on le sait, les soldats partent au front la fleur au fusil, persuadés que la guerre sera courte. Mais quelques mois plus tard, le conflit s’enlise dans la boue des tranchées et le moral des troupes commence à flancher.

Particulièrement concernés sont les soldats qui n’ont plus de famille ou qui sont sans nouvelles de la leur – c’est le cas notamment des mobilisés originaires des régions envahies du Nord et de l’Est de la France, avec lesquelles les communications sont coupées.

Ceux-là, en effet, n’ont pas la ressource de puiser espoir et réconfort dans les nouvelles qu’ils reçoivent de l’arrière : ils ne reçoivent ni courrier, ni colis, ni mandat.

Face à cette situation, sont lancées en 1915 plusieurs oeuvres charitables (“La Famille du Soldat”, Mon soldat”…), dont l’objectif est de mettre en relation épistolaire des femmes, les marraines, avec des hommes au front, leurs filleuls. Ces initiatives, fondées par des dames patronnesses poursuivent un objectif hautement moral et patriotique  : il n’est alors pas question de flirt épistolaire, mais uniquement d’apporter soutien et force à des soldats esseulés.

Marraine2

Rapidement, toutefois, certains journaux reprennent l’idée à leur compte et en proposent une interprétation beaucoup plus grivoise.

Carte postale humoristique d’époque représentant les marraines comme des femmes de petite vertu ou des vieilles filles en quête de mari. 

Ainsi, en 1915, la revue légère Fantasio fait paraître une rubrique baptisée Le Flirt sur le front dans le but avoué de remédier à la solitude amoureuse des combattants.

En quelques mois à peine, les demandes de soldats dépassent les offres de demoiselles et, victime de son succès, le journal doit mettre fin à son initiative.

Peu importe : une autre revue La vie parisienne prend aussitôt le relais. La lecture des annonces passées par les Poilus est réjouissante.

Elle ne laisse aucun doute quant aux motivations sentimentales, si ce n’est grivoises, de certains d’entre eux : « Deux jeunes sous-officiers dem. Corresp. Avec gentilles parisiennes, très affectueuses » peut-on ainsi lire dans un  numéro de 1916.

Marraine4

Quelques exemples d’annonces. Source : musée de la mémoire de Belleau

Dans ce contexte, les moralisateurs crient au délabrement des moeurs, le journal conservateur l’Oeuvre française n’hésitant pas à qualifier La vie parisienne d’agence de prostitution. Peu à peu, l’image des marraines se détériore : on les perçoit moins comme des modèles de dévouement que comme des dévergondées… ou des vieilles filles en quête d’aventure. Dans son roman L’Ecole des marraines, Jeanne Landre met ainsi en scène une quinquagénaire “basse sur pattes” qui se “rattrape à distance”. Cette image peu flatteuse est à l’origine de la crise de vocation qui se manifeste dès 1916 : les candidatures au poste de marraine se font de plus en plus rares.

Marraine3

Représentation idéalisée de la marraine de guerre

Du côté des autorités militaires, les marraines de guerre ne sont guère appréciées. Non pas que l’Etat Major se soucie en quoi que ce soit de la moralité des soldats, mais il craint que des espions ne se glissent dans la peau des correspondantes pour les démoraliser et leur soutirer des informations stratégiques.

En 1917, la paranoïa règne : le commandement des armées du Nord et de l’Est va jusqu’à demander la suppression pure et simple du “marrainage”. Cette proposition reste toutefois lettre morte. Même critiquées, les marraines de guerre sont trop populaires pour qu’on puisse envisager de les interdire.

Aujourd’hui, les courriers échangés entre filleuls et marraines constituent une thématique passionnante de collection. Sont particulièrement recherchés les ensembles complets, permettant de percevoir l’évolution des liens entre les correspondants. Tout aussi intéressante est la collection des cartes d’époque représentant marraines et filleuls, le sujet ayant notamment fait le bonheur des caricaturistes.

Source : Historia.fr

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net

Publicités

Une réflexion au sujet de « Des marraines pour les poilus »

  1. La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacre pas. (Paul Valéry)

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.