Les billets en Francs français #33

Voici maintenant plus d’un an que PHILAPOSTEL Bretagne vous propose cette série d’articles sur les billets français libellés en francs. Nous arrivons aujourd’hui au dernier numéro, les émissions en francs ayant cessé comme vous le savez avec l’arrivée de l’Euro. Merci à l’avance de vos commentaires, compléments d’information etc …

En 1995 les derniers essais nucléaires français dans le Pacifique provoquent un tollé dans le Monde. Et les Journées Mondiales de la Jeunesse aux Philippines rassemblent cinq millions de personnes, sans doute le plus grand rassemblement humain de toute l’histoire. 1996 est marquée par la énième reprise des tensions en Palestine. C’est aussi l’année de l’abolition de la peine de mort en Belgique … et le début de l’affaire Dutroux, pédophile et assassin. Les deux derniers billets en francs ont été émis ces années-là :

1995 : le 200 francs Eiffel

5.0.3Le 200 francs Gustave Eiffel est un billet de banque français créé le  par la Banque de France et émis le .
Il succède au 200 francs Montesquieu. Il est le dernier billet de 200 francs.

 Historique

 Ce billet polychrome imprimé en taille douce appartient à la troisième série des

« créateurs et scientifiques célèbres du XXe siècle » voulue par la Banque et dans laquelle on compte Saint-Exupéry, Paul Cézanne et Pierre et Marie Curie. Pour cette série, c’est la proposition du graphiste franco-suisse Roger Pfund qui remporte le concours pour l’ensemble de la gamme.

Il s’inscrit dans la tradition des billets « commémorant les personnages illustres qui ont contribué à la constitution du patrimoine historique de la France ». Il fut imprimé de 1996 à 1999. Il est retiré de la circulation le  et suspendu de cours légal le , date après laquelle il ne peut plus être échangé contre des euros.

Description

La vignette est l’œuvre du graphiste Roger Pfund. Les couleurs dominantes sont le rose fuchsia, le rouge et l’orange.

Au recto : à droite domine le portrait de Gustave Eiffel issu d’une photographie d’époque. En fond, un entrelacs de structures métalliques renvoyant au viaduc de Garabit lequel est d’ailleurs reproduit en surbrillance incolore en bas du cartouche réservé au filigrane. Une partie de la silhouette de la Tour Eiffel est imprimée au centre et sur le bord extérieur gauche, est reproduit en vert fluorescent une vue stylisée de la base de la tour. En haut, une petite vue en coupe de la coupole de l’Observatoire de Nice.

5.0.3Au verso : à gauche, le thème dominant est une vue sur l’arche nord de la Tour Eiffel datant de 1889, jour de son inauguration, avec en arrière-plan l’un des pavillons de l’exposition universelle situé au fonds du Champ-de-Mars. On retrouve au centre la silhouette de la tour Eiffel pour assurer l’effet « transvision ».

Le filigrane représente un portrait de Gustave Eiffel de face, également issu d’une photographie d’époque. Les autres signes de sécurité sont les suivants : le fil intégré dans l’épaisseur du papier ; la bande métallisée discontinue (« Strap ») résistante à la photocopie, les microlettres et les minilettres, le motif en encre incolore ; le motif à couleur changeante ; la transvision. Les dimensions sont de 143 mm x 80 mm.

Remarque :

  • Dans un premier projet, la Banque avait choisi d’y faire figurer les frères Lumière pour le centenaire de l’invention du cinéma. À l’annonce de cette décision des voix se sont élevées pour s’opposer à un tel hommage : les opinions collaborationnistes et vichystes de l’un des frères conféraient à ce choix une signification scandaleuse. Il fallut abandonner le projet et procéder à une nouvelle maquette. Gustave Eiffel ne fut pas pour autant considéré pour acquis, car il avait été impliqué dans l’affaire du Canal du Panama. Par ailleurs, il fut à un moment question de proposer Jules Verne, mais ce fut finalement Eiffel qui l’emporta.

1996 : le 100 francs Cezanne

Le 100 francs Cézanne est un billet de banque français créé le  par la Banque de France et émis le . Il succède au 100 francs Delacroix. Il est le dernier billet de cent francs.

Historique

5.0.3Ce billet polychrome imprimé en taille douce appartient à la troisième série des « créateurs et scientifiques célèbres du XXe siècle » voulue par la Banque et dans laquelle l’on compte Saint-Exupéry, Gustave Eiffel et Pierre-et-Marie Curie. Pour cette série, c’est la proposition du graphiste franco-suisse Roger Pfund qui remporte le concours pour l’ensemble de la gamme.

Il s’inscrit dans la tradition des billets « commémorant les personnages illustres qui ont contribué à la constitution du patrimoine historique de la France ». Il fut imprimé de 1997 à 1999. Il est retiré de la circulation le  et suspendu de cours légal. Après le , il ne peut plus être échangé contre des euros.

Description

La vignette est l’œuvre du graphiste Roger Pfund. Les couleurs dominantes sont l’orange, le rouge et le vert.

Au recto : à droite un portrait de Paul Cézanne issu d’une photographie d’époque. En fond, un détail du tableau La mer à l’Estaque, peint en 1878-1879. Au-dessus de l’espace réservé au filigrane est représentée une vue du Jas-de-Bouffan, la résidence paternelle de Cézanne. Plus à gauche, apparaît un motif vert fluorescent, c’est la palette du peintre. Sous le filigrane, on distingue faiblement car imprimée en surbrillance, la silhouette de la montagne Sainte-Victoire. Enfin, à droite apparaît une représentation stylisée des personnages présents dans le tableau Les Joueurs de cartes.

5.0.3Au verso : le thème majeur est une interprétation de la toile Pommes et biscuits, peinte vers 1880. En haut, à gauche du filigrane, une évocation du cercle chromatique conçu par Cézanne. On retrouve, comme au recto, en bas à droite du motif principal, la représentation stylisée de la toile Les Joueurs de cartes pour un effet « transvision » très difficile à imiter.

Le filigrane représente un portrait de Cézanne de face, également issu d’une photographie d’époque. Les autres signes de sécurité sont les suivants : le fil intégré dans l’épaisseur du papier ; la bande métallisée discontinue (« Strap ») résistante à la photocopie, les microlettres et les minilettres, le motif en encre incolore, le motif à couleur changeante et la transvision. Les dimensions sont de 133 mm x 80 mm.

Remarque :

Initialement, le billet de 100 francs devait représenter Gustave Eiffel. Mais à la suite de la polémique sur les Frères Lumière pour le billet de 200 francs, c’est ce dernier qui a finalement eu le visuel Gustave Eiffel. Pour le billet de 100 francs, Roger Pfund a alors suggéré aux autorités monétaires Henri Matisse mais il n’y a pas eu de terrain d’entente avec les descendants du peintre. Finalement, c’est donc Paul Cézanne qui a été retenu.

Voilà … c’est fini ! Vous avez aimé ? A vos commentaires …

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les billets en Francs français #33 »

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.