Histoire de timbre : Cristino Garcia

Cristino_Garcia1Aujourd’hui je vous propose de nous pencher sur cette vignette de 1946. Cristino García Granda a dirigé, avec le grade de lieutenant-colonel de l’armée française, la division des guérilleros espagnols installés dans les montagnes de Tarbes dans les Hautes-Pyrénées.

Certaines de leurs batailles étaient mythiques et restent indélébiles dans l’histoire de France. Dans la nuit du 4 février 1944, à la tête d’un commando d’Espagnols et de Français, il prend d’assaut la prison centrale de Nîmes, libérant les nombreux camarades emprisonnés par la police de Vichy.

En septembre 1945, Cristino reçoit l’ordre d’assassiner les anciens dirigeants communistes déshonorés de Madrid. L’ordre émanait directement, de Santiago Carrillo, qui contrôlait déjà le PCE, notamment en France. Refusant de tuer, la réponse de la guérilla fut directe : « Je suis un révolutionnaire, pas un meurtrier ».

Cristino_Garcia2Cristino García a été arrêté sur la Plaza Mayor en compagnie de deux camarades le 18 octobre 1945, torturé sauvagement et jugé par un tribunal militaire en janvier 1946. Son attitude devant le tribunal n’aurait pas pu être plus digne. A l’accusation d’être des « bandits » il a répondu :

« Le procureur nous appelle des bandits. Non, nous ne sommes pas. Les bandits sont ceux qui nous accusent, qui tourmentent et tuent les gens qui ont faim. Nous sommes l’avant-garde de la lutte du peuple pour la liberté. Ce procès est une farce dans laquelle nous sommes accusés de crimes que nous n’avons pas commis. Mais vous êtes pressé de vous débarrasser de nous. Vous ne voulez pas que le monde voie nos corps martyrisés. Vous voulez enterrer le glorieux mouvement de la guérilla avec ce procès. Vous pouvez nous tuer, parce que c’est pourquoi vous avez attaqué le pouvoir. C’est votre travail. Mais à partir de ce banc, que vous allez bientôt occuper, je dis, au nom de mes collègues: Nous sommes fiers d’appartenir au mouvement de la guérilla! »

Cristino_Garcia3L’exécution de Cristino García, compte tenu de sa personnalité, héros de la résistance française dans la lutte contre les nazis, a provoqué une grande agitation internationale. Après son exécution, toute l’Assemblée parlementaire française a voté une motion demandant au gouvernement de rompre les relations avec Franco à cause de ce fait.

La France a fermé ses frontières avec l’Espagne pendant un an: du 1er mars 1946 au même mois de 1947. Le 1er mars, au numéro 10 de  » Attack « , organe du Haut Commandement de l’Armée de Guérilla, est paru un éditorial dédié à « Cristino García Granda, chef de la guérilla et héros populaire », où il a mis dans sa bouche l’argument suivant adressé au Conseil de la guerre:

« Franco n’a pas été capable de nous vaincre définitivement, sa victoire de traître est temporaire, nous combattrons son régime d’assassins jusqu’à ce que nous libérions notre pays de ce fléau maudit, même si nous perdons nos vies dans cette compagnie, Franco ne pourra jamais chanter victoire. « 

Cristino_Garcia4Au moment d’être abattu, Cristino avait 32 ans. Les dix dernières années avaient été passées à la lutte contre le fascisme.

Plusieurs villes françaises ont donné le nom de Cristino García à certaines de ses rues ou parcs. Le 15 mars 1947, au Vélodrome d’hiver de Paris, le ministre français de la Guerre lui décerne, à titre posthume, la plus haute décoration française.

Source : blog Petit à Petit

Publicités

Une réflexion au sujet de « Histoire de timbre : Cristino Garcia »

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s