Histoire de pièces #2

Comme les timbres, les pièces de monnaie sont les vecteurs de l’histoire avec un grand H. D’ailleurs, ne dit-on pas des pièces qu’elles sont « l’histoire entre nos mains » ? Voici l’histoire étonnante de cinq pièces de monnaies (voir la 1ère partie) :

3 – La pièce impure

Avant les avancées de la médecine moderne, on pensait que la lèpre était transmise par contact humain et l’on confinait donc les lépreux dans des colonies où ils vivaient sans risque de contagion. Des monnaies spéciales furent frappées pour ces colonies, dont ici la Colombie, identifiées par le mot « lazareto » qui signifie léproserie en espagnol.

Colombie_lepre

Cette indication permettait de repérer les pièces en circulation qui pouvaient être infectées et de les nettoyer. Elles étaient en fait si populaires qu’une fois mises en circulation en Espagne, le Japon et les États-Unis suivirent l’exemple.

 

4 – La pièce qui n’aurait pas dû exister

Le dollar en argent « Class II 1804 » n’aurait pas dû exister… 1804 n’est même pas son année de sortie ! En réalité, cette pièce a été frappée dans les années 1850 comme si elle était des années 1830, et marquée 1804. Comment l’expliquer ?

Dollar_1804

Les dollars en argent de 1804 furent frappés par erreur avec la date de l’année précédente, les plaques d’impression n’ayant pas été mises à jour. Cependant quelques dollars en argent sont marqués 1804… mais ces pièces furent frappées en 1834 sur l’ordre du président Jackson. Extrêmement recherchées par les collectionneurs, de nouvelles pièces à la date de 1804 furent mises en circulation entre 1858 et 1860. Mais ces pièces furent frappées illégalement ! Ces dollars en argent de 1804 ont donc tous été détruits… sauf un, qui est aujourd’hui la pièce phare de la collection de numismatique du Smithsonian Museum.

5 – La pièce célébrant un évènement tragique

Il est courant de frapper des pièces pour célébrer une date mémorable, mais rarement pour célébrer un assassinat ! C’est pourtant ce qui arriva en 42 av. J.-C., lorsque le denier « Eid Mar » (ou « Calendes de Mars »), ainsi nommé d’après son inscription, fut frappé pour célébrer l’assassinat de Jules César.

Rome_Brutus

Le recto montre un portrait de Brutus et le verso une paire de dagues et un pileus. Le pileus est un bonnet traditionnellement donné aux esclaves libérés, représentant dans ce cas particulier la libération du peuple romain du joug de César.

A suivre …

4 – La pièce qui n’aurait pas dû exister

Le

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.