Phil’Apprendre #19 : types d’impression #4

PhilApprendre19ème numéro de Phil’Apprendre, nouvelle chronique exclusive de PHILAPOSTEL Bretagne. En lisant attentivement tous les articles de cette chronique, vous apprendrez tout (ou presque) sur votre loisir préféré et deviendrez à coup sûr un philatéliste averti !

Aujourd’hui, avant-dernier article sur les types d’impression des timbres : bonne lecture !

Types d’impression #4 : l’ Héliogravure

expo_coloniale_274La Bavière a émis, en 1914, le premier timbre imprimé en héliogravure dans le monde. En France, les premiers timbres en héliogravure ont été réalisés par l’industrie privée. Le plus ancien est celui de l’exposition coloniale de 1931, les Races, commandé à l’imprimerie Vaugirard à Paris.

blason_st_lo_1510Le 0.20 F Blason de Saint-Lô, en 1966, a été imprimé par l’Atelier du timbre (l’imprimerie des P et T), mais les premiers cylindres (Le type II, dont les cylindres ont été fabriqués par l’Atelier du timbre de Périgueux a été émis en 1973.)

Le premier timbre entièrement réalisé en  » hélio  » par l’Atelier du timbre est le 0.60 F Jeux Olympiques d’hiver- Grenoble 1968, émis le 22 avril 1967.

preludesjo_grenobleL’héliogravure est le procédé d’impression, dérivé de la taille douce, utilisé auparavant pour l’impression artistique, dont l’application industrielle date de 1878. Si l’héliogravure, comme son nom pourrait l’indiquer, est un procédé photomécanique, Hélios, le soleil, n’y a plus rien à voir.

Pour imprimer en hélio, on grave tout le visuel, texte et illustrations, sur plusieurs cylindres de cuivre, avec une trame extrèmement fine, générée par une tête électromécanique. Cette trame est traduite sur le cylindre par une multitude d’alvéoles de surface et de profondeur variables suivant l’intensité des couleurs à obtenir. Le cylindre, en rotation dans un bac d’encre fluide, est ensuite « essuyé » par une racle sur toute sa surface, laissant les alvéoles seules remplies d’encre. Celle-ci est enfin déposée sur le support à imprimer qui est mis en contact avec le cylindre par un presseur.

helio_002

La qualité d’impression obtenue en héliogravure a depuis longtemps dépassé son application exclusive aux revues d’art. L’hélio convient tout particulièrement aux éditions de grande qualité, où les illustrations jouent un rôle prépondérant, ce procédé est utilisé quotidiennement pour l’emballage et des éditions à grand tirage dans la presse.

helio_001

Le packaging est aujourd’hui l’application où peuvent être compatibles la qualité artistique d’une création photographique et un grand débit d’impression. Les plus grands fabricants mondiaux font appel à l’héliogravure pour leurs emballages, qu’ils soient alimentaires ou non, ou destinés à la cosmétique. L’héliogravure a évolué : précurseur dans l’intégration du numérique, elle reste l’un des principaux procédés d’impression d’avenir.

 + d’info sur le site Wikitimbres

Publicités

Une réflexion au sujet de « Phil’Apprendre #19 : types d’impression #4 »

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s