14-18 : les prisonniers de guerre allemands en Bretagne #1

En cette période de commémoration de la Grande Guerre, les documents philatéliques échangés par les soldats ou prisonniers et leurs familles restent des traces intéressantes à conserver pour la mémoire de cette époque.

Robert Fontaine (consulter son site HistoPhilaBreizh) nous propose en quatre épisodes quelques-uns de ces documents. Voici le premier d’entre eux.

LES PRISONNIERS ALLEMANDS EN BRETAGNE

Si le débarquement dans toutes les gares de ces milliers de blessés bouleverse la société, encore mal remise du séisme provoqué par la mobilisation, l’arrivée des premiers convois de prisonniers allemands dès la 3ème semaine d’août de 1914, excite la curiosité plus ou moins teintée d’antipathie.

Voici tout d’abord la liste des camps de prisonniers de guerre en Bretagne :

pga1_0

Courrier du 2/5/16 adressé à un prisonnier allemand transféré de la Roche-Maurice  à Nantes-Chantenay vers Ploudaniel Finistère.

pga1_1

Sous-officier GINZ -Prisonnier de guerre  118ème régiment d’infanterie
Kalbsrieth le 2 mai 1916
Cher Monsieur GINZ.   Depuis votre carte envoyée le 22/03 nous n’avons plus signe de vie de votre part. Nous espérons que vous vous portez bien et que les dérangements (ennuis) soient passés. Chez nous règne un magnifique temps printanier. Je suis assis(e) au jardin et pense à vous. Nous nous réjouissons d’aller en villégiature.Nous regrettons ô combien, que vous ne pouvez être des nôtres. Nous espérons la paix prochaine et votre retour parmi nous. Puissiez vous rester en bonne santé.Nos pensées vont vers vous et nous vous adressons les cordiales salutations de tous.Votre G. Kreyher

Envoi d’un soldat du  128e RI (Amiens) stationné à Landerneau et gardien au camp de prisonniers de Ploudaniel

pga1_2

pga1_3

Détail de la marque « Prisonniers de Guerre »

pga1_4Ploudaniel, le 15/10/17
Chers parents,
Je vous envoie la gare de Landerneau où j’ai monté ma première garde le soir de mon arrivée dans cette ville. Je m’en souviendrai longtemps car il faisait un temps épouvantable et j’étais trempé depuis le matin que j’avais quitté Kervallon.
Demain je prends pour pour la 1ère fois la garde des boches. Je commence à me faire un peu au pays. C’est le mauvais temps qui me dégoutte sans quoi il n’est pas possible d’être plus tranquille, 1 jour sur 2 on est de repos. Le jour de garde où on a rien à faire que de se promener de ferme en ferme voir si les boches sont toujours là, on les ramène le soir, c’est tout le boulot.
On mange dans les fermes et il paraît qu’on est très bien nourri. Cette nuit j’ai très bien dormi, j’ai arrangé mon plumard. Je me suis installé pour le mieux. Pour le 1er octobre nous aurons un poêle. J’ai du déjà le dire, je passe samedi en commission de réforme. Je vous embrasse bien fort.

Courrier de Hanovre du 1/4/15 envoyé à un prisonnier allemand, hospitalisé à l’hôpital de l’Arsenal de Brest, puis transféré à l’île Longue

pga1_5

Enseigne de vaisseau Franz Breiner – 60 Marienstrasse  – HANOVRE
Cher Monsieur Franz (François)
Pour Pâques, nous vous envoyons les meilleurs vœux. Chez nous tout va au mieux. Hermann n’a pas écrit depuis un bon bout de temps. Votre aimable lettre nous a bien fait plaisir.
Avec nos meilleures salutations
Votre (illisible) H Ahnaus

A suivre …

Publicités

6 réflexions au sujet de « 14-18 : les prisonniers de guerre allemands en Bretagne #1 »

  1. Article très intéressant. Une question…
    Merdrignac était en Ille et Vilaine à cette époque? Je lirai le prochain article (c’est aujourd’hui le 1000 ème article) avec plaisir

  2. le gardien a oublié qu’il était très loin de la boucherie des tranchées, il ne savait pas à l’époque la chance qu’il avait de garder des prisonniers et il ne faisait pas plus beau également sur les champs de bataille.
    n’est-ce pas aujourd’hui le 1000ème article de notre site favori ?

  3. La lecture de documants anciens à toujours pour moi l’effet de me replonger dans l’ambiance de l’époque (si tant est que l’on puisse le faire), en essayant d’imaginer ce que les gens ont vécu à ce moment là . Derriere ces quelques lignes il y a de la souffrance et bien d’autres sentiments . Ces cartes postales anciennes m’inspirent le respect.
    Bel article pour le 1000°

  4. Bravo pour le travail de Robert. Avec la philatélie on illustre les cours d’histoire de façon vivante et remarquable. Ceci étant quelle connerie la guerre….. A propos c’est toujours aujourd’hui ce fameux numéro 1000 ?

  5. Remarquables documents de mémoire collective, ces CP. Bravo à Robert Fontaine pour cette collection. Mas la société a peu de mémoire, on ne sait toujours pas d’ailleurs si c’est aujourd’hui le fameux jour du 1000 sème article. JC

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s