Carte postale oubliée … 2ème

La lettre du prisonnier de guerre italien délivrée après 72 ans

Une courte lettre écrite par un soldat italien enfermé par les forces nazies dans un camp allemand de prisonniers de guerre a finalement été délivrée à son plus proche parent à Villorba, Venise.

italy_postcard3

.

Officier de l’armée italienne, Ferruccio Pasin, a été capturé par les forces de l’Axe à Lancenigo, près de la ville de Villorba Veneto à la fin 1943 – peu de temps après que l’Italie ait cédé aux Alliés et déclaré la guerre à l’Allemagne, rapporte La Nuova di Venezia.

Les forces nazies le déportèrent, lui et d’autres prisonniers italiens, dans un camp d’internement militaire à Luckenwalde, à 52 kilomètres au sud de Berlin. C’est de là qu’il a envoyé une carte postale, pour rassurer sa famille qu’il était encore en vie.

« Cher Père, » commence la lettre, « je me trouve bien au camp et espère que vous allez bien aussi. Dites-moi comment les choses se passent à la maison. Ne vous inquiétez pas pour moi, j’espère pouvoir vous embrasser à nouveau bientôt. Je vous envoie tout mon amour, Ferruccio « .

Mais la lettre n’a jamais été délivrée. Un cachet montre qu’elle est arrivée à Trévise le 2 Janvier 1944, mais a été perdue dans le chaos de la guerre. La lettre est restée perdue, jusqu’à ce qu’elle ait été récemment trouvée dans les archives du bureau de poste par un chercheur.

Une fois retrouvée, la lettre n’a pas pu être délivrée car la « Via Batisti » – où le père de Ferruccio a vécu – n’existe plus. Heureusement, le chercheur a pu retrouver le plus proche parent du soldat avec l’aide des postiers qui connaissaient bien la famille Pasin locale.

italy_postcard5

Mario Pasin et la lettre de son frère

« Je me trouvais à l’épicerie lorsqu’un homme se disant chercheur est venu vers moi et m’a dit qu’il avait une lettre de mon père, » explique Mario Pasin, le frère cadet de 16 ans de Feruccio.

« Je dis à l’homme que Ferruccio était en effet mon frère … et quelques jours plus tard, la lettre est arrivée.« 

Ferruccio a survécu à son calvaire à Luckenwalde – mais l’expérience l’avait marqué pour le reste de sa vie. Il est mort en 1981 âgé de 66 ans, et l’arrivée de la lettre d’outre tombe a provoqué une grande excitation parmi les membres survivants de la famille.

Son frère a rapidement informé six des huit enfants survivants de Ferruccio, qui se sont précipités vers la maison de leur oncle pour voir la lettre jaune fanée écrite de la main de leur père.

italy_postcard4

Ferruccio Pasin en uniforme militaire

Pour sa fille Anna, voir la lettre lui a rappelé le vif souvenir du retour de son père à la maison en 1945. « J’avais deux ans quand il est rentré de la guerre« , a t-elle expliqué.

« Quand je l’ai vu, j’ai couru me cacher sous le lit car il ressemblait à un clochard, il avait une barbe et portait des chiffons. Ses mains et ses pieds étaient gelés. Il faisait 1,80 mètres de haut, mais ne pesait que 37 kg « .

« De temps en temps, dans les années qui suivirent, il courait au grenier en criant ‘ils veulent m’emmener !’  » se rappelle Anna.

Pour revenir en Italie après la guerre, Ferruccio a fui l’Allemagne en s’accrochant au bout d’un train de marchandise à destination de Vérone.

De là, il a marché 148 kilomètres jusqu’à la maison à Villorba.

Aujourd’hui, plus de 72 ans après son voyage atroce, sa lettre est finalement revenue à la maison aussi.

Traduit du journal italien TheLocal ; photos : Nueva de Venezia

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s