Les dents du castor

Puisque que de très nombreux exemplaires sont régulièrement vendus et qu’il s’agit d’un timbre que je trouve particulièrement intéressant, attardons-nous sur le premier timbre du Canada, le castor. On en distingue en général quatre émissions :

Années Détails Cote
1 1851-1852 Trois pence non dentelé, papier vergé 1150$
4 1852-1858 Trois pence non dentelé, papier vélin 240$
12 1859 Trois pence, dentelé, papier vélin 1000$
15 1859-1868 Cinq cents, dentelé, papier vélin 37,50$

Les cotes sont celles du catalogue Scott 2009 et sont données en dollars américains. Nous allons concentrer notre attention sur le n° 12, le trois pence dentelé, qui sera rapidement remplacé par son homologue de cinq cents, le Canada ayant adopté en 1859 la monnaie qu’elle utilise encore aujourd’hui, le dollar. Les premiers timbres dentelés sont donc plus rares que les non-dentelés en raison de leur période d’utilisation plus courte. De plus, les marges entre les différents timbres d’une planches étant insuffisamment large, les dentelures sur ces premiers timbres amputent très souvent le dessin.

Étant donné cet état de fait, il était inévitable que des petits malins ne transforment des n° 4 en n° 12 :

Castor1

Voici un timbre mis en vente aux enchères publiques en 2010 et acheté 110$ pour une cote de 400$.

A première vue, il s’agit d’un très bel exemplaire du n° 12. Cependant, il y a un premier indice qui doit nous faire douter, c’est que la pointe de toutes les dents est rigoureusement droite, comme si le timbre avais été séparé de ces voisins à coups de ciseaux. Cet indice, qui n’est pas en soi une preuve, nous pousse à examiner plus en détails les dentelures. On aperçoit alors des irrégularités manifestes (soulignées ou encerclées en vert) qui ne sont pas typiques des dentelures de l’époque, comme on peut le constater sur un exemplaire normal :

Castor2

D’ailleurs, on remarquera sur cet exemplaire que les cinq premières dents sur le côté gauche sont également coupées au ciseau. Cependant, tous les interstices ont rigoureusement la même forme, la même profondeur, le même espacement.

Le plus cocasse dans cette histoire de fausse dentelure c’est que le faussaire a fait une grave erreur qui n’est pas visible sur le scan : il a redentelé un n° 1 sur papier vergé plutôt qu’un n° 4 sur papier vélin ! « A true philatelic crime » selon le vendeur. Une grosse bêtise à mon avis, sauf si le faussaire a pu faire gober à un collectionneur qu’il s’agissait d’une pièce unique et qu’un dentelé sur papier vergé était extrêmement rare…

Que faire avec ce timbre maintenant ? On peut l’édenter pour le retransformer en n° 1, au prix de marges qui seront alors inexistantes. On peut le conserver tel quel, il paraît quand même bien. Pour être honnête, il faudrait peut-être le marquer au dos, par exemple d’un « F » à l’encre, pour attirer l’attention des futurs acquéreurs. Cependant, personnellement, je n’aime pas par principe « dégrader » un objet ancien et du coup si par hasard il avait atterri dans ma collection, je pense que je le conserverais tel quel.

Source : blog de Timbresrares

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s