Histoire du courrier postal #2

Suite de l’article d’hier

Boîtes aux lettres et facteurs

Au XVIIe siècle, seuls les Londoniens peuvent se targuer d’avoir une distribution de courrier à domicile.

Paris a bien tenté, en 1653, d’instaurer ce service, mais en vain. Pour obtenir son courrier ou en envoyer, il faut donc se rendre dans un bureau postal ou déposer son pli dans une boîte aux lettres.

Courrier07

Un service de distribution à domicile va Courrier11progressivement se mettre en place au cours du XVIIIe siècle, tandis que dans les campagnes, il faudra attendre 1829 pour que le facteur frappe à la porte, d’abord tous les 2 jours puis quotidiennement. Aujourd’hui, on dénombre quelques 100.000 facteurs en France, 47% d’entre eux distribuent le courrier en voiture, 30% à vélo, 15% en vélomoteur et 8% à pied. A eux tous, ils parcourent chaque jour l’équivalent de 50 fois le tour de la Terre !

A partir de 1830, un service rural est créé. Les facteurs sont à pied et parcourent entre 27 et 40 km/jour.

Correspondance sous enveloppe

Courrier14Les premières enveloppes de correspondance, réalisées à la main, sont apparues en France au XVIIe siècle. Cependant, elles ne rencontrent pas un franc succès car le tarif du courrier sous enveloppe est plus cher que les autres.

La majorité des personnes continuent à plier leur lettre en quatre et à la sceller avec un cachet de cire.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que la fabrication devint industrielle et que son utilisation se généralisa petit à petit.

Courrier13

Courrier13bis

Les Boules de Moulins

En  1870, les Français iront même jusqu’à utiliser le cours de la Seine pour envoyer de la correspondance dans des récipients étanches.

Courrier15Fabriquées à Moulins, les boules en zinc, inoxydable à l’eau, fermées aux 2 extrémités par un couvercle soudé munis de 12 ailettes en métal leur permettant de tourner sur elles-mêmes, comme une roue à aubes, sont enfermées 400 à 600 lettres à destination de Paris.

Elles ne furent retrouvées qu’en 1942 lors de travaux dans le lit de la Seine près de Melun. Ce sont 55 boules contenant de 400 à 600 plis affranchis à 1 franc et pesant moins de 20 g, qui furent immergées dans la Seine en amont de Paris du 4 au 28.1.1871.

Courrier16En 1870, la guerre franco-prussienne fait rage. Durant les 136 jours du siège de Paris, sur les 65 ballons qui quittèrent le sol de la capitale, 47 sont affrétés par l’administration des Postes.

Les consignes étaient strictes et les lettres envoyées par les airs ne pouvaient pas dépasser 4 g.

Pendant le siège, 3 ballons tombèrent aux mains des Prussiens, 2 autres sombrèrent dans la mer entraînant la mort de leurs pilotes. Un dernier aérostat atterrit de manière bien involontaire en Norvège à 1.250 km de Paris ! Les aérostiers sont généralement choisis parmi les marins des forts en raison de leur habitude de la mer.

Courrier17

En tout, ce sont plus de 2.500.000 lettres qui furent ainsi acheminées soit plus de 11 tonnes de courrier.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Histoire du courrier postal #2 »

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s