Multicollection #21 : Tyrosémiophilie

21ème numéro de « Multicollection » où nous faisons un focus sur une collection particulière, avec son nom quelquefois bizarre, sa description, ses principes de classement ou de référencement, quelques chiffres et liens utiles, ou un article de presse sur le sujet … Bien entendu, tous vos commentaires sont les bienvenus, que ce soit pour nous dire que vous êtes un fervent adepte de la collection présentée, ou pour nous donner des compléments d’information : à vos plumes !

Tyrosémiophilie

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Allez, cherchez un peu … C’est du papier mais pas des timbres, et puis ça sent bon la France. Ca y est ? Vous sentez un peu ? Je vous aide : il parait qu’il y en a bien plus que de nombre de jours dans l’année, et ça rien que dans notre beau pays. Toujours pas ? Et si je vous dis qu’il s’accorde obligatoirement avec un autre élément de notre terroir, liquide celui-là …

La tyrosémiophilie est l’art de collectionner … les étiquettes de fromage !

tyrosemiophile2Le vrai nom de l’étiquette de fromage est le tyrosème, nom qui provient du grec « turos » (fromage) et « semion » (le signe ou la marque). On peut classer ces étiquettes par producteur, par type et marque de fromage, ou par thématiques : clergé, personnages, lieux, vaches, belles fermières, etc … (voir le site de Donald ci-dessous).

On peut aussi collectionner uniquement les étiquettes d’une région, comme l’exemple cité dans cet article de l’Est Républicain :

Quand il franchit la porte du hall des Brasseries pour la foire aux vieux papiers et collections, on a l’impression que le Barisien Bernard Wagner revit à mesure qu’il va pouvoir replonger dans le passé.

Son passé, sa passion, ce sont les étiquettes de fromage. Monsieur est tyrosémiophile. Et depuis belle lurette. « Oh lala, j’ai travaillé pendant 43 ans dans les fromageries, alors… ». Alors, à 70 ans, Bernard Wagner est à la tête d’une collection de plus de 4.000 étiquettes. « Que des meusiennes, qui ne concernent que des fromages fabriqués en Meuse. »

tyrosemiophile1

La première ? « C’était du Port-Salut de chez Maison Duval à côté de Revigny, une des plus anciennes fromageries industrielle d’Europe. » C’est là que Bernard a débuté tant sa vie professionnelle que sa vie de collectionneur, jamais rassasié. Ce samedi, sur un stand de la foire aux vieux papiers il a trouvé une perle rare. « Une étiquette de camembert de la fromagerie de Consenvoye. Je la connaissais, ça fait 15/20 ans que je la cherche. »

Pour 150 euros, elle est venue compléter sa collection grâce à Alain Fresne, un marchand venu de Normandie. Celui-ci n’a d’ailleurs pas perdu une miette des connaissances de son acheteur pour compléter les données concernant une étiquette de brie. « En les regardant on peut les dater. Celles qui n’ont pas la mention du taux de matière grasse sont antérieures à 1935 », explique le passionnant passionné dont la plus ancienne étiquette date de 1895. Et toutes les étiquettes ont une histoire « les connaître, voilà ce qui est intéressant pour les collectionneurs. »

En savoir + :

Publicités

2 réflexions au sujet de « Multicollection #21 : Tyrosémiophilie »

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s