Les insolites de la collection #31

Où va le monde du vinyle ?  Au Brésil, assurément.

Vinyles5Ceux qui cherchent à vendre des collections de vinyle, que vous soyez détaillant important, héritier d’une entreprise familiale, ou collectionneur sérieux qui cherche à se défaire d’une collection privée, vous pourriez bientôt trouver des semi-remorques devant votre porte. Ces camions transportent les disques vers le sud de la frontière brésilienne, dans un entrepôt de Sao Paulo.

Les albums arrivent par milliers. Ou comme dans le cas de l’acquisition de la défunte Colony Records à Times Square, par centaines de milliers. Ou encore comme dans le cas d’un propriétaire de magasin de musique Pittsburgh, par … trois millions !

Alors, qui s’arrache tout ces vinyles ?

«Je suis allé en thérapie pendant 40 ans pour essayer de m’expliquer cela à moi-même, » dit le coupable dans un récent article du New York Times.
Cet homme est Zéro Freitas, un ancien propriétaire de ligne de bus de 62 ans. Sa dépendance aux disques de collection a commencé avec la chaine HiFi familiale et 200 albums.

Vinyles2.
Il a acheté son premier album en 1964. C’était celui d’un chanteur et compositeur brésilien vainqueur d’un Grammy Award: « Roberto Carlos chante aux enfants« . Quand Freitas fut diplômé de l’école secondaire, il en possédait environ 3000. A 30 ans, il en avait 30 000.
Combien en a t-il mis à l’abri maintenant, après 50 années? Sa vague estimation est de « Plusieurs millions ».
.

Ce qui a commencé comme une passion est vite devenu une sorte de mission bienveillante de racheter tous les vinyles du monde. Alors que la plupart de ce que Freitas achète a été numériquement préservé, on estime que 80% de la musique en provenance de certains pays comme le Brésil, Cuba, et le Nigeria ne l’est pas.
« Il est très important de sauvegarder cela. Très important « , dit-il.
Comme une personne qui possédait autrefois une modeste collection de 15 000 (LPs & CDs), je sais que c’est impossible de vraiment profiter de tant d’enregistrements. J’ai essayé de justifier ces propos à deux femmes en disant qu’il était important pour moi d’avoir une bibliothèque comme ça, parce que si quelqu’un vient me voir et veut entendre Wayne Shorter « Speak No Evil« , « Signal, Calls and Marches » de Mission Of Burma, ou encore « UFO Live« , je les aurais.

Vinyles3 Vinyles4

Alors, comment trouvez-vous votre bonheur avec un entrepôt de millions d’albums ?

En dehors de ma passion pour la musique et l’angle humanitaire, je pense que le partage pourrait être la meilleure des actions à venir.

Freitas est en train de constituer avec son entrepôt une entreprise qu’il appelle Emporium musical. L’idée est de mettre en place une sorte de bibliothèque avec des stations d’écoute parsemées le long de milliers d’étagères. Et en cas de doublons, vous pourrez emporter une copie pour écouter à la maison.

Vinyles1Et à propos de ce premier album qu’il a acheté, « Roberto Carlos chante aux enfants », sachez que Zéro en détient désormais … 1 793 exemplaires.

Un jour peut-être vous en emprunterez un …

Traduit de OpenAir Colorado Public Radio par Sylvain

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s