Les timbres de Bretagne #3

Flash : J’ai deux places dans ma voiture pour à l’AG de PHILAPOSTEL Bretagne ce dimanche 29 à Pipriac (mais je ne reste pas pour la visite de l’après-midi) : si vous êtes intéressé(e)s, contactez-moi.

Notre nouvelle saga inaugurée en janvier (voir la Région Bretagne et les Côtes d’Armor) nous mènera en 6 épisodes à admirer les timbres bretons. Troisième numéro donc : le département du Finistère. Bonne lecture !

Le Finistère… ses villes et lieux historiques

Île de Sein Monument de la Résistance – 1962 – YT1337

Monument sculpté par René Quillivic, érigé en l’honneur des hommes de l’Île Sein qui s’engagèrent tous dans les Forces Française Libres.
Le monument porte la mention bretonne «Kentoc’h Mervel» (plutôt la mort, début d’une ancienne devise bretonne : plutôt la mort que la souillure) et la phrase en français «Le soldat qui ne se reconnaît pas vaincu a toujours raison».

 

Enclos paroissial de Guimiliau – 1997 – YT3080

L´enclos paroissial de Guimiliau a été édifié de 1533 à 1680, comporte 200 personnages et représente l´enfance de Jésus. Ce calvaire servait au curé de sorte de bande dessinée en 3 dimensions pour illustrer le catéchisme auprès des enfants, et faire des rappels aux adultes.
L´enclos paroissial, comme son nom l´indique, est clos. Il s´agit d´une mesure pratique, en effet à cette époque, dans ces villages ruraux poules et cochons circulaient en toute liberté, on prit donc rapidement l´habitude d´entourer le cimetière d´un enclos afin d´épargner ce lieu sacré de la souillure des ces animaux de ferme. Cette précaution fait que le portique d´entrée, toujours ouvert, comporte une marche pour monter, un petit muret à enjamber et une marche pour descendre.

Église de Locronan – 2002 – YT3499

Classé au titre des Monuments Historiques depuis 1924, Locronan est l’un des sites les plus prestigieux de Bretagne, en raison de sa qualité architecturale. De nombreux artisans d’art s’y sont installés. Situé sur une montagne, dans un cadre naturel exceptionnel à 5km de la mer, véritable terre d’inspiration pour les artistes, peintres, écrivains, sculpteurs ou cinéastes, le charme de ce petit écrin breton ne laisse jamais indifférent.
.

Concarneau – remparts de la ville close – 1983 – YT2254

La Ville close de Concarneau est une cité fortifiée du XVe et XVIe siècle construite sur un îlot. Elle est le cœur historique de la ville de Concarneau qui s’est progressivement développée autour de l’îlot.
En 1488, après la Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, la Ville close passe aux mains du roi de France Charles VIII, avant d’être reprise par les Bretons. En 1489, Jean II de Rohan assiège et reprend l’enceinte au nom du roi. Anne de Bretagne, pour contrer l’emprise des Français sur le duché, fait alors appel aux Anglais qui occupent la ville jusqu’en 1495.

Château du Taureau – Morlaix – 2012 – YT AA725

En 1520, profitant que tous les notables et les soldats étaient à la foire de Guingamp, les anglais envahissent Morlaix. Ils n’y resteront qu’une journée : ayant fêté la victoire toute la nuit, ils n’opposeront aucune résistance aux armées de Guy XVI de Laval venues délivrer la ville. À la suite de cet évènement, il est décidé de construire un fort en baie de Morlaix, sur l’îlot rocheux du « Taureau ».

Château de Kerjean Saint-Vougay – 1980 – YT Préo167

Construit à la fin du 16è siècle, le château de Kerjean fut la propriété des riches familles Barbier-Coatanscour jusqu’à la Révolution française. Suzanne Augustine de Coatanscour, dernière châtelaine de Kerjean (aucun des enfants du couple ne survécut longtemps), se renferma dans sa demeure qu’elle tint continuellement sur le pied de guerre, faisant garnir les remparts et les tours de couleuvrines et d’engins de défenses ; les ponts-levis étaient relevés tous les soirs au son de la cloche et les clefs du château déposées à la fin du jour au chevet de son lit. Elle fut arrêtée dans son château, condamnée à mort et guillotinée à Brest le 9 messidor an II (27 juin 1794).

Abbaye de Landévennec – 1985 – YT2349

Elle est réputée avoir été fondée au Ve siècle par saint Guénolé, ce qui en fait une des plus anciennes et plus importantes de Bretagne. L’historien Arthur Le Moyne de la Borderie l’a qualifiée de « Cœur de la Bretagne« . Abandonnée en 1793 et ruinée dans les années 1810, elle est relevée par une nouvelle communauté monastique bénédictine en 1958, qui y construit de nouveaux bâtiments. Le site de l’abbaye de Landévennec est remarquable : une presqu’île isolée entre le dernier méandre de l’Aulne maritime et la Rade de Brest, au milieu d’une nature magnifique et du calme de l’estuaire.

Saint Pol-de-Léon – Cathédrale et N.D. du Kreisker – 1975 – YT1808

La cathédrale Saint Paul Aurélien, construite au VIè siècle puis détruite en 875 par les danois, est très éclectique puisque reconstruite romane au XIIè siècle, elle a subi les influences des Normands et des Anglais avant d’adopter le style gothique.
La chapelle N.D. du Kreisker, qui marque la porte d’entrée de Saint Pol de Léon, est quant à elle la chapelle la plus haute de Bretagne, avec une flèche qui culmine à 78 mètres.

Quimper – la rue Kéréon – 1954 – YT979

La rue Kéréon est depuis tout temps l’artère la plus commerçante de Quimper. Elle doit son nom à la corporation des cordonniers et des bottiers qui travaillaient et vendaient le cuir.
Aujourd’hui devenue piétonne, elle alterne une grande diversité de constructions : maisons à pans de bois côtoient logis en grand appareil de granit, plus tardifs, conséquence de l’obligation de construire avec ce matériau après le violent incendie de juin 1762 qui éclata dans la partie orientale de la rue et eu raison d’un grand nombre de maisons.

Port de Brest et pont levant de Recouvrance – 1957 – YT1117

Jusqu’au XIXe siècle, le passage d’une rive à l’autre de la Penfeld s’effectuait par un passeur, sur une grande barque prévue pour recevoir des passagers. Des témoignages rapportent les dérives courantes des bateliers, souvent ivres, qui laissaient la manœuvre aux passagers. Les accidents étaient fréquents et chaque noyade remettait en question le système des « passiers ». Un premier pont tournant fut construit en 1836.
Inauguré le 17 juillet 1954, le pont actuel de Recouvrance fut longtemps le plus grand pont levant d’Europe. Chaque pylône mesure 70 m de haut.

Musée du Bateau à Douarnenez – 1988 – YT2545

Le musée, dans une ancienne conserverie de sardines, possède une importante collection de bateaux premiers, bateaux de plaisance, de pêche ainsi qu’une multitude d’objets. Les 5 bateaux ouverts à la visite se laissent découvrir dans le cadre exceptionnel de la ria du Port-rhu, à proximité de l’île Tristan.

Morlaix – 1967 – YT1505

Le timbre représente à gauche le bonhomme de Morlaix, sculture de bois d’une maison de la Grand’rue, en haut des maisons médiévales à pan de bois, en dessous le viaduc de Morlaix qui surplombe la ville et en bas le château du Taureau.
Selon une des sources, l’origine du nom de la ville viendrait de « s’ils te mordent, mords-les », expression faisant référence à l’héroïque résistance de la cité face aux corsaires anglais en 1512.

Le Finistère… ses sites naturels remarquables

Pointe du Raz – 1946 – YT764

Sa forme de proue s’avançant dans la mer d’Iroise, avec une différence de niveau de 72 mètres, en fait un des lieux les plus emblématiques des côtes granitiques de la Bretagne.

.
L’Enfer de Plogoff, galerie creusée par la mer sous le cap est réputé être le lieu où sont ramenés les noyés dont on entend les gémissements.

Pointe du Raz – 2003 – YT3601

Ce deuxième timbre représente en outre le phare de la Vieille situé entre la pointe du Raz et l’île de Sein.

.

La pointe Saint-Mathieu – 2012 – YT4679

De nos jours, on ne compte que quelques maisons regroupées autour des ruines de l’abbaye, mais par le passé, Saint-Mathieu ne se limitait pas à l’abbaye et à ses dépendances. Très tôt, une bourgade s’est établie, attirée par la côte, ses possibilités commerciales, ses richesses de bris d’épave et par la présence du monastère.
L’abbé de Saint-Mathieu a beaucoup de privilèges : droit de cohue, droit de four à ban, droit de gerbe à la douzième, droit de mouture, droit de marché, droit de foire (Henri IV instituera, en 1602 cinq foires annuelles et un marché par semaine), droit de mesure du blé, droit de mesure du vin, droits de bris et de dépouilles, …Quant à l’abbaye, aujourd’hui abandonnée, elle aurait abrité le crâne de l’apôtre et évangéliste Matthieu.

Le Finistère… ses hommes et femmes célèbres

Fantomas – 1996 – YT1328

Fantômas est un personnage de fiction français créé en 1910-1911 par Pierre Souvestre (né à Plomelin) et Marcel Allain. D’abord littéraire, l’œuvre est adaptée en 1913 au cinéma par Louis Feuillade, le maître du serial français. En trente-deux romans et cinq films, la série devient célèbre, suscitant l’enthousiasme populaire ainsi que les hommages de grands écrivains et artistes.

.

Dr René Laënnec – 1952 – YT936

René-Théophile-Marie-Hyacinthe Laennec, né le 17 février 1781 à Quimper, mort le 13 août 1826 (à 45 ans) à Douarnenez dans son manoir de Ploaré, est un médecin français, inventeur et metteur au point du diagnostic médical par auscultation (Traité de l’auscultation médiate, 1819).
Il est également l’inventeur du stéthoscope.

.

La Tour-d’Auvergne – 1991 – YT2700

Théophile Malo Corret de La Tour d’Auvergne, officier né à Carhaix le 23 novembre 1743. Il est capitaine dans l’armée royale lorsque la Révolution éclate. Il refuse d’émigrer et commande une avant-garde de 8.000 hommes dans l’armée des Pyrénées Orientales.
Après s’être couvert de gloire durant les guerres de la Révolution il refuse les honneurs, Bonaparte lui décerne malgré tout en 1800 le titre de «Premier Grenadier des armées de la République». Il est tué quelques mois plus tard, le 27 juin 1800 à Oberhausen.

Victor Segalen – 1979 – YT2034

Né à Brest le 4 janvier 1878, médecin de la Marine, écrivain et poète, il voyagera à Tahiti et aux Marquises où il se penchera sur l’œuvre de Gauguin.
En 1909 Il se voit confier une mission de recherche archéologique en Chine. Il y découvrira les monuments funéraires de la dynastie des Han.

Tristan Corbière, 1845-1875, poète né à Morlaix – 2011 – YT4536

Il édite à compte d’auteur en 1873 son recueil de poèmes, Amours Jaunes, qui sera l’œuvre de sa vie. Miné par la maladie, il ne pourra pas suivre d’études, ni réaliser son rêve d’être marin.
Mort à 30 ans, c’est Verlaine qui révélera au grand public l’œuvre de Tristan Corbière, dont le style est d’une grande originalité par sa forme et ses thèmes. André Breton le considérait même comme un des précurseurs du mouvement surréaliste.

Louis Jouvet – 1981 – YT2149

Né à Crozon 24 décembre 1887, Il a créé en 1927 avec Gaston Baty, Charles Dullin et Georges Pitoëff le groupe des théâtres du Cartel dont l’indépendance, grâce à leur solidarité, durera jusqu’en 1940.
Acteur de théâtre et comédien de cinéma il a été l’inoubliable Docteur Knock «ça vous grattouille ou ça vous chatouille ?» dans la fameuse pièce de Jules Romains.
Arletty s’est sentie traitée d’«atmosphère» par lui dans Hôtel du Nord en 1938.

Max Jacob – 1976 – YT1881

Max Jacob est un poète, romancier, essayiste, épistolier et peintre français né le 12 juillet 1876 à Quimper et mort le 5 mars 1944, alors qu’il était emprisonné au camp de Drancy (Seine-Saint-Denis).
Il comptera parmi ses amis (excusez du peu !) Picasso, Braque, Matisse, Apollinaire, Modigliani, Charles Trenet et Jean Moulin.

Le Finistère… ses commémorations

150e anniversaire de l’École navale de Brest – Navire Borda – 1981 – YT2170

 

 

 

30ème anniversaire de la Libération
Villes «Compagnons de la Libération»
Île de Sein – 1974 – YT1797

On peut lire sur le timbre la devise de l’Ordre de la Libération «PATRIAM SERVANDO VICTORIAM TULIT» «En servant la Patrie il a remporté la victoire»

200ème anniversaire des la découverte des îles Crozet et Kerguelen – 1972 – YT1704

Les îles Kerguelen ont été découvertes par Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec (1734-1797), officier de marine, né à Landudal, près de Quimper.

En fait ces iles s’appelleront tout d’abord Iles de la Désolation, avant que James Cook ne leur donne le nom d’archipel des Kerguelen, rendant ainsi hommage à notre breton.

Le Finistère… son savoir-faire

Le Bris Barque ailée de 1857 – 2006 – YT3980

Jean Marie Le Bris est né à Concarneau en 1817 et il est mort à Douarnenez en 1872. Il a été marin et armateur, avant de devenir l’un des premiers aviateurs bretons avant Clément Ader et les frères Wright.
Il est connu pour avoir probablement accompli un vol plané, à une date inconnue située entre 1858 et 1861, avec sa Barque ailée.

Porte-avions Charles de Gaulle – 2003 – YT3557

Premier navire de surface à propulsion nucléaire en Europe, le porte-avions a été assemblé à Brest.

Et savez-vous qu’avant de porter ce nom, il s’est appelé … Bretagne ?

Faïence de Quimper- 1990 – YT 2646

Ce timbre, émis au profit de la Croix-Rouge, commémore les 300 ans des faïenceries de Quimper. Mais savez-vous que c’est un marseillais, et non un breton, Jean-Baptiste Bousquet (et son fils Pierre) qui a fondé la 1ère faïencerie à Quimper ?
Par ailleurs, si la terre de l’anse de Toulven est adaptée à la fabrication de terre cuite, ou de grès, elle ne convient pas à la faïence, et c’est donc de l’argile de Rouen ou Bordeaux qui servira à fabriquer ces merveilles.

 

Faïence de Quimper au musée de Sèvres – 2009 – YT AA258

De nombreux artistes collaboreront au succès de ces faïences, comme le peintre Alfred Beau, René Quillivic, père de son homonyme de fils célèbre graveur de timbres, ou encore Mathurin Méheut.

Fraisier rubis – 2011 – YT BF4535

Cette variété non remontante, est vigoureuse et rustique. Sa production exclusivement printanière offre des fruits coniques d’un rouge intense, rubis. Les fruits ont un goût sucré et plus acidulé en début de saison.

Le bloc feuillet, émis à l’occasion de la Fête du timbre, a une senteur fraise très odorante, et représente bien la capitale de la fraise qu’est Plougastel.

Porte-hélicoptères Jeanne d’Arc – 2009 – YT 4423

Affectueusement surnommé « La Jeanne », il fut construit à Brest de 1959 à 1964. Désarmé en 2010, il n’a pas été remplacé. Voir article « Le dernier voyage …« .

Le phare d’Ar-Men – 2007 – YT 4114

Phare construit entre 1867 et 1881 en pleine mer, à l’extrémité de la Chaussée de Sein, il porte le nom du rocher sur lequel il a été érigé.
Il est certainement le plus célèbre des phares, en raison de son caractère très isolé, des difficultés considérables qu’a présentées sa construction et du danger qu’il y avait à relever son personnel, qui le surnommait d’ailleurs « l’enfer des enfers« .
.

Le phare du Stiff- 2006 – YT 3822

Le phare du Stiff est à l’entrée du port éponyme et proche de l’aérodrome d’Ouessant, au bord de la plus haute falaise à l’ouest de l’île. C’est, avec la tour radar, le premier monument de l’île que voient six jours sur sept les convoyeurs du courrier pour Ouessant.

Un des plus anciens phares de France encore en activité après celui de Cordouan.

Le Finistère… histoire artistique

La Barrière fleurie – Paul Sérusier – 2007 –
YT 4105

Peintre postimpressionniste, associé au mouvement des Nabis, né le 9 novembre 1864 à Paris, mort le 7 octobre 1927, à Morlaix.

«La Barrière fleurie» réalisée en 1889 d’après un paysage du Pouldu, est conservée au musée d’Orsay à Paris.

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui : je vous donne rendez-vous aux alentours du 25 du mois prochain pour notre prochain épisode concernant le département breton suivant (dans l’ordre alphabétique) : l’ Ille et Vilaine !

Vous connaissez d’autres timbres qui présentent le Finistère et qui ne sont pas répertoriés ici ? Signalez-le nous en laissant un commentaire !

D’après une idée du Collège Mme de Sévigné de Mauron, et certains commentaires de Phil Ouest.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les timbres de Bretagne #3 »

  1. Bravo pour ce voyage en Finistère très documenté
    L’histoire vue par les timbres, c’est une redécouverte dont chaque item peut-être développé
    Gérard

  2. Bonjour,
    Une question toute bête: concernant les timbres de Bretagne, y-a-t-il nécessité à « s’arrêter » aux timbres de France ?
    Robert

    • Bonjour Robert,
      Non aucune nécessité, mais il y en a déjà suffisamment pour faire un long article.
      Vous parlez de timbres étrangers représentant la Bretagne ? Si vous en connaissez, n’hésitez pas à me les faire parvenir, et ils feront l’objet d’un prochain article.

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s