Les chèvres en cartes postales anciennes #2

En furetant sur Internet, j’ai découvert Jean-Michel et son site spécialisé sur les cartes postales anciennes avec des chèvres, et j’avoue que j’ai été complètement bluffé par la qualité et le nombre de CPA sur cette seule thématique ! Aussi je lui ai demandé de nous présenter sa collection, ce qu’il a aimablement accepté de faire et que je vous fais partager ci-après. En cette année de la chèvre, avouez que cela tombe bien, non ?

Deuxième et dernière partie de cette présentation (revoir la première), avec comme promis à la fin, un bonus sur les chèvres bretonnes !
(cliquer sur les cartes pour les agrandir)

La chèvre comme moyen de locomotion

La chèvre ou le bouc, on l’utilise aussi pour le transport à l’époque. Un peu dans le monde rural dans un but utilitaire comme dans cette très belle carte d’Haramont dans l’Oise d’un bouc attelé.

Ch14_atteleCh15_attele.

Mais on attèle la chèvre et le bouc à la fin du XIXème et au début du XXème aussi et surtout pour le loisir des enfants, principalement en ville, beaucoup à Lyon et Paris pour ce qui concerne la France. Enfants là aussi le plus souvent fortunés.

Ch16_atteleL’utilisation de la gente caprine comme moyen de locomotion est très peu décrite dans la littérature technique caprine jusqu’au milieu des années 1940.

Seuls les clichés d’époque peuvent renseigner sur l’utilisation de ce moyen de transport : Cornélis Naaktgeboren, chevrier, atteleur lui-même et docteur en zoologie a effectué un travail notamment d’identification de nombre attelés de ces animaux à partir de ces clichés du vingtième (in « La chèvre : son rôle dans la société du vingtième siècle », Société d’Ethnozootechnie n°70, 2002).

Ch17_atteleOn sait par un témoignage de sa nièce que Charles de Gaulle, enfant, aimait les voitures à chèvres (Revue Espoir de 1981). On sait aussi par des peintures très anciennes (XVIème siècle notamment avec Frans Hals (1580 ou 1583 – 1666)) que la pratique existait dans les cours royales depuis longtemps.

Ce moyen de transport-loisir est utilisé « habituellement » au début du siècle en grande ville mais aussi lors de fêtes ou évènements spécifiques comme dans cette belle carte de la fête des fleurs à Cognac (16) du 9 juin 1907.

Ch18_atteleL’insouciance qui régnait avant la première guerre mondiale est bien présente dans ces clichés.

Les chèvres à l’armée

Ch19_armee.

Les chèvres ou boucs ont aussi joué et jouent toujours un rôle de mascotte dans l’armée. Il nous reste des témoignages de ce rôle, surtout dans les pays anglo-saxons et en Allemagne aussi.

.

Ch20_armeeAinsi, Taffy est le bouc mascotte du premier régiment de Galles depuis le début du XVIIIème siècle. Teddy et Bill sont, eux, les boucs mascottes les plus connus de la marine américaine.

Les chèvres ont aussi servi à nourrir les troupes indiennes qui venaient combattre sur le continent européen en 1914-1918. Les légendes des cartes postales utilisent le terme de « sacrifice » des chèvres, c’était plus diplomatique qu’utiliser le terme d’ « abattage ». Les chèvres ont été nombreuses à être « sacrifiées » pour la guerre. En un seul convoi, plus de mille chèvres étaient envoyées (André Maurois in « Les silences du Major Bramble », 1918).

Ch21_armee

Quelques belles cartes en guise de conclusion

Il existe environ 1600 cartes postales anciennes françaises de chèvres légendées dont certaines sont très rares. Certaines scènes sont très émouvantes comme cette belle scène de traite avec un bébé en premier plan située en Creuse.

Ch22_CreuseOu encore cette scène savoyarde de cirque en pleine rue, où la chèvre démontre son agilité et son affection pour son maître en se perchant en hauteur sur un plot.

Ch23_SavoieCet animal foncièrement intelligent et doué d’affection pour ses maîtres, lorsque ceux-ci le choient, était photographié pour la postérité dans toutes sortes de positions et rôles.

N’hésitez pas à visiter mes sites internet et à m’envoyer une image ou me signaler l’existence d’une carte avec chèvre que vous possédez, je ne la connais peut-être pas encore et elle viendra peut-être enrichir à terme ma collection que j’ai entreprise depuis de longues années maintenant.

Jean-Michel Bruchon https://sites.google.com/site/chevresetchevriers/
https://sites.google.com/site/chevresetchevriersbis/

Bonus : quelques chèvres bretonnes

Comme promis, et grâce à Jean-Michel, voici quelques belles chèvres « encartées » de notre belle région :

Pour terminer, sachez que malgré le nombre impressionnant de CPA que possède Jean-Michel, il n’en a aucune du Finistère et une seule du Morbihan. Alors, à vos archives, et si vous en trouvez, pensez à lui !

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s