Décalage : les PTT à la fin du 19è siècle #19

Le Bulletin Hebdomadaire des PTT du 31 mars 1898 fait le point sur les congés de maladie et l’avancement, en des termes qui font sourire aujourd’hui :

Nous avons dit que M. le Sous-Secrétaire d’Etat avait décidé que la durée des congés de maladie ne serait plus déduite de l’ancienneté de traitement, lors des propositions pour l’avancement de classe. On nous fait remarquer que cette décision, prise évidemment dans l’intérêt des agents qu’une maladie réelle empêche d’assurer leur service, pouvait avoir en même temps pour effet d‘encourager les paresseux. On nous cite même l’exemple de bureaux où les congés ordinaires étant très difficiles à obtenir, les … malins les remplacent par des congés de maladie pris à date fixe, quelquefois annoncée à l’avance.

Il appartient aux chefs de service de remédier à cet inconvénient qui n’avait pas échappé à l’Administration.

En effet, la circulaire du 15 mars 1898, leur recommande, au cas où ils auraient des raisons de suspecter la bonne foi et le zèle de certains agents qui leur paraitrait abuser des congés de maladie, d’en aviser l’Administration par rapport spécial et de proposer telle mesure qu’ils jugeraient utile.

Comme dirait Molière : Ah! qu’en termes galants ces choses-là sont mises !

humour_maladie   humour_maladie2

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s