Un billet de 100.000 milliards de dollars !

C’est un petit rectangle de papier marqué 100 trillions de dollars, c’est-à-dire 100.000 milliards de dollars (ou 70.479 milliards d’euros), mais qui en vaut seulement cinq en devise américaine. Le Wall Street Journal consacre un article à la nouvelle mode chez les numismates, qui consiste à racheter de vieux billets zimbabwéens témoignant de l’hyperinflation dans le pays.

«A une époque, en 2009, un billet de 100 trillions de dollars zimbabwéens ne suffisait pas à acheter un ticket de bus à Harare», explique le quotidien économique américain, qui rappelle que depuis cette monnaie a été abandonnée, les Zimbabwéens payant désormais leurs achats en dollars américains ou en rands sud-africains.

Zimbabwe1La devise n’a été mise en circulation que pendant les quelques mois qui ont précédé le retrait de la monnaie nationale. Durant les dix dernières années, Robert Mugabe et son gouvernement ont tenté de relancer l’économie du pays en imprimant des billets. Hélas, seule l’inflation résulta de cette mesure, les billets à multiples zéros sont devenus monnaie courante, les prix ont monté, et l’économie s’est effondrée.

Ces billets de 100 trillions de dollars zimbabwéens font désormais le bonheur des collectionneurs, à défaut de faire celui des habitants du pays. Des revendeurs clairvoyants ont anticipé la prise de valeur des plus gros billets zimbabwéens et en ont acheté alors qu’ils étaient encore en circulation. Frank Templeton, un ancien trader de Wall Street, en a acheté des «quintillions» qu’il revend aujourd’hui. Un billet de 100 trillions de dollars acheté 1 ou 2 dollars américains est revendu entre 5 et 6 dollars (entre 3,5 et 4,2 euros).

Les négociants estiment que ce sont entre cinq et sept millions de ces billets qui ont été imprimés, dont une petite partie seulement aurait été mise en circulation. Un officiel de la Reserve Bank of Zimbabwe a déclaré que les autres billets n’ont pas été revendus et demeurent à l’abri dans leurs coffres, même s’il est fort probable que les employés de banque en conservent chez eux en grande quantité.

Zimbabwe2

Un homme à Harare, Zimbabwe, transporte des billets pour aller à l’épicerie. Associated Press

Les collectionneurs les plus rigoureux ne s’intéressent qu’aux billets jamais mis en circulation, le reste faisant partie des souvenirs que rapportent chez eux les touristes étrangers qui visitent le Zimbabwe. Le gouvernement n’a jamais pris la peine de récupérer ces billets, de sorte que les habitants en conservent d’importantes quantités chez eux, avec l’espoir que le président Mugabe tienne sa promesse de réhabiliter le dollar zimbabwéen sous peu. Rappelons à ce sujet que le Premier ministre Morgan Tsvangirai avait suggéré l’année dernière à un agriculteur d’utiliser les billets … «pour fertiliser ses champs»… !

Lu sur The Wall Street Journal

Publicités

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s